France Loisirs fortement amputé après sa reprise

Par Olivier Sancerre Modifié le 15 décembre 2021 à 13h18
France Loisirs Reprise 2
14Le repreneur de France Loisirs ne conservera que 14 boutiques sur les 122 que compte l'entreprise.

En grande difficulté depuis des années, France Loisirs va être finalement repris par la Financière Trésor du patrimoine, mais l'entreprise va subir une sévère cure d'amaigrissement : 90% des salariés devront partir et la majorité des boutiques va fermer.

Des deux offres pour France Loisirs, le tribunal de commerce de Paris a choisi celle qui reprend le moins de salariés. Le club de livres, en cessation de paiement depuis le mois de septembre et qui s'est placée en liquidation judiciaire le 25 octobre 2021, va tomber dans l'escarcelle de Financière Trésor du patrimoine qui a proposé une somme en cash de 500.000 euros et la conservation de 47 postes sur des effectifs de 516 salariés. 90% des effectifs vont donc disparaître, tout comme la majorité des boutiques du groupe : 14 seulement vont rester ouvertes, dans un réseau qui en compte 122.

90% des effectifs vont disparaître

L'autre offre, mise sur la table par Reworld Media, n'était guère plus enthousiasmante avec la reprise d'une centaine de salariés. Néanmoins, c'est celle qui avait les faveurs du comité économique et social (CSE) de l'entreprise qui l'avait qualifiée de « moins mauvaise ». Mais elle a été jugée « insuffisamment aboutie » par les administrateurs judiciaires. Sous l'égide de la Financière Trésor du patrimoine, France Loisirs n'est plus que l'ombre de ce que l'entreprise a été.

Un réseau de boutiques réduit au minimum

France Loisirs, qui outre ses réseaux de boutiques possède également un centre de logistique, un centre d'appels et gère des activités d'impression, est en difficulté depuis des années. La société a été placée en redressement judiciaire fin 2017, pour en sortir un an plus tard. Elle a depuis replongé, et la crise sanitaire n'a rien aidé avec une perte de près de 8 millions d'euros l'an dernier, suivi par un déficit multiplié par deux entre janvier et octobre de 14 millions. Difficile dans ces conditions de trouver un chevalier blanc capable de relancer l'intégralité de l'activité.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «France Loisirs fortement amputé après sa reprise»

Laisser un commentaire

* Champs requis