François Bayrou : Retraites, « je ne crois pas que ce soit avec des rustines qu’on répare une situation comme celle-là »

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 21 juin 2013 à 8h56

Car on fait pas de la politique comme on participe au tour de France, même avec une caisse à outils comme celle de François Hollande.

Le président Modem n'a pas mâché ses mots ce vendredi, interrogé sur Europe 1 à propos de la conférence sociale et de la réforme des retraites. Une "énième réforme" selon lui, qui ne va pas au fond des choses. Pour François Bayrou, l'allongement à 44 années de durée de cotisations n'est pas la vraie solution. C'est "mal penser" le problème des retraites.

Pour le président du parti centriste, le gouvernement ne prend pas en compte la spécificité de certains emplois


Pour lui, il faut prendre en compte la spécificité de certains emplois. "Il y a des emplois qui peuvent être soutenus pendant une longue période, et d'autres qui ne peuvent pas l'être. Je ne crois pas , par exemple, qu'on puisse être facilement une maîtresse d'école à 70 ans" a déclaré l'ancien candidat à l'élection présidentielle.

François Bayrou propose un système de retraite à la carte


La solution qu'il propose est en fait toute autre. La situation des retraites en France impose selon lui qu'on "rebâtisse à partir des fondations, en prenant son temps, mais de manière sérieuse, un système de retraite à points, un système de retraite à la carte qui permettra de prendre en compte la pénibilité du travail, la volonté de chacun de partir sans pénalisation avec les droits acquis".

Quant au chômage, François Bayrou a également précisé ne pas partager "l'optimisme qui est celui du pouvoir", et pour cause, au vu des derniers chiffres de l'Insee en la matière publiés ce matin (lire ici).

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis