Démission ou dissolution : une seule solution pour François Hollande

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Christophe Logeais Publié le 5 novembre 2013 à 1h59

Après avoir été dans l'ombre de François Mitterrand à l'Élysée, puis avoir bénéficié des conséquences des évènements du Sofitel de New York, nous avons donc hérité, par défaut, d'un candidat socialiste qui a fait pendant sa campagne de multiples promesses qu'il ne peut tenir depuis son élection.

Après sa prise de fonction, ce président a pris de grandes décisions: nommer un premier ministre qui ne risque pas de lui faire de l'ombre ni par son caractère ni par son aura auprès des Français, et il a fait nommer au parti socialiste Harlem Désir qui ne risque pas non plus de lui faire de l'ombre ou d'avoir envie (pas encore) de le remplacer en 2017.

Ensuite, il n'a fait principalement depuis son élection que défaire des lois qui avaient été mise en place pendant la présidence de Nicolas Sarkozy et occuper le parlement et la rue par le texte de loi du Mariage Pour Tous afin de faire oublier ses insuccès sur tous les autres fronts de la gestion de la crise.

D'ailleurs, pourquoi se serait il préoccupé de la crise alors qu'il avait passé sa campagne à dire qu'il n'y avait pas de crise et que tous les maux de la France étaient dûs à la gestion de Nicolas Sarkozy... Cela serait risible si François Hollande, lui-même, n'avait pas dû convenir en Aout 2012 qu'effectivement il y avait une crise mais qu'il se donnait un an pour la régler et inverser la courbe du chômage.

Vous l'aviez cru ? Non? Moi non plus... Nous avons vu depuis ce qu'il en est...

Le problème est que tous ce qui peut faire oublier la crise et l'incompétence du gouvernement à la résoudre et à trouver des solutions est utilisé pour masquer la situation.

Nous avons eu droit au Mariage pour tous, au sacrifice du soldat Cahuzac, à la crise du Mali puis plus récemment au discours va-t-en guerre contre la Syrie, avant de rétropédaler à la traine de Barak Obama, puis de Poutine.

Mais ne soyez pas déçus... ils vont bien nous dire que c'est à cause du positionnement de la France que Bachar El Assad a accepté de démanteler son arsenal d'armes chimiques.

La situation, tout le monde peut le constater, s'aggrave de jour en jour et la seule parade à la grogne de la population, à sa chute dans les sondages et à la fragilité de sa majorité à l'assemblée est de repousser « à plus tard » des lois dont une discussion houleuse pourraient le mettre en difficulté à l'assemblée, telle la PMA ou même aujourd'hui encore la réforme Pénale de Christiane Taubira qui attendra après les élections municipales.

Mais qui sait ce qui se passera après les élections municipales?

Qui sait ce que Machiavel pourrait bien imaginer après une claque électorale municipale à l'échelle nationale vue la défiance du peuple Français face à ce pouvoir qui les méprise et les ponctionne?

Personnellement, j'ai une idée, je ne suis pas sûr que ce soit ce qui se produira, mais si j'étais ce président en place dans cette situation catastrophique, voici ce que je ferais...

Les sondages ne sont pas bons, les résultats économiques de mes premières décisions sont catastrophiques et ne risquent pas de s'arranger car la crise continue et le rebond n'aura pas lieu, les élections municipales vont être très difficiles vu l'état de l'opinion et même ma majorité à l'assemblée devient de plus en plus fragile avec les renoncements successifs sur les promesses que j'avais faites à mes alliés (et qui les avaient crues)!

À ce rythme et si je ne fais rien d'extravagant.... mes sondages qui sont en un an et demi à 30% de satisfaits (un record de chute !) vont continuer à descendre et il n'y aura pas de parti socialiste au second tour en 2017.

Alors, oui j'ai une idée que François Mitterand lui-même n'aurait pas reniée....

Je vais laisser passer les élections municipales, on va se prendre une inévitable claque, je vais dissoudre et la droite va nous laminer, mais comme nous serons déjà en 2014, et qu'ils vont bénéficier de l'élan négatif, conséquence de nos mesures catastrophiques pour l'économie nationale, ils ne vont rien pouvoir faire...

Et je pourrais dire en 2016 pendant la campagne présidentielle que la situation est de la faute du gouvernement de droite en place depuis 2 ans et demi qu'il faut me redonner une chance.

Car en effet, que pourrait faire aujourd'hui une droite désorganisée et qui ne fait que se quereller depuis un an au lieu de travailler sur un programme et des propositions alternatives?

Si ce scénario devait se produire, ce serait une catastrophe pour la France car cela voudrait dire 10 ans perdus pour enfin prendre de vraies décisions pour redresser la France, pour réduire les dépenses, pour relancer l'économie, retenir les cerveaux, relancer les investissements, donner aux entreprises l'envie de rester en France ou d'y revenir, voire d'y venir...

Enfin bref, tout le contraire de ce que fait le gouvernement socialiste depuis un an et demi...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Christophe Logeais - Diplomé de l'Ecole Supérieure d'Informatique, cadre dans une société informatique internationale ayant travaillé dans l'industrie automobile avant de travailler dans les systèmes d'informations liés à l'industrie du tourisme. Membre fondateur du site Union Républicaine en Septembre 2012 www.unionrepublicaine.fr

Laisser un commentaire

* Champs requis