Un Belge annexe un bout de France en déplaçant la frontière

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 5 mai 2021 à 10h06
Napoleon Macron
620La frontière franco-belge est longue de 620 km.

Voilà une affaire qui ne manque pas de faire du bruit… et pour cause : une partie de la France a été annexée par la Belgique. Du moins, par un propriétaire Belge peu soucieux d’un traité international de plus de 200 ans signé sous Napoléon Ier. Un comble, alors que court, justement, le bicentenaire de la mort de l’Empereur décédé… le 5 mai 1821.

Il déplace une vielle borne… et déplace la frontière entre la France et la Belgique

L’affaire se déroule dans la commune d’Erquelinnes, en Belgique, frontalière avec la France, et particulièrement avec Bousignies-sur-Roc. Les deux communes sont séparées par un bois dont le Belge a acheté plusieurs hectares, du côté belge.

Mais ce nouveau propriétaire aurait décidé d’agrandir un peu sa nouvelle propriété, raconte La Voix du Nord et a déplacé une borne de 1819. Sans doute pensait-il qu’il ne s’agissait que d’une vieille pierre sans importance… mais en réalité cette borne signale la frontière, bien réelle, entre la France et la Belgique. En la déplaçant vers la France, le propriétaire a tout simplement déplacé la frontière… et donc annexé, de fait, une partie du territoire français au territoire belge.

Un frontière fixée… en 1819

L’affaire est, certes, une anecdote : difficile de croire que le propriétaire ne va pas remettre les choses à sa place une fois qu’il aurait pris conscience de l’ampleur des conséquences de ses faits. Mais alors que court le bicentenaire de la mort de l’Empereur Napoléon Ier, l’histoire est cocasse.

Car cette frontière entre la Belgique et la France date, justement, de cette époque. Très précisément, elle a été définie le 20 mars 1820 par le traité de Courtrai, signé avec le Royaume des Pays-Bas (la Belgique n’existant pas encore). Un traité qui découle de la défaite historique de Napoléon Ier à Waterloo, en 1815.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Un Belge annexe un bout de France en déplaçant la frontière»

Laisser un commentaire

* Champs requis