Pas d’augmentation du gaz et de l’électricité en vue

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 27 juin 2022 à 11h57
Lectricite Bouclier Tarifaire 2
25 milliardsLe coût du bouclier tarifaire pour l'État est estimé à 25 milliards d'euros.

Commençons la semaine par une bonne nouvelle. Le prix du gaz et de l'électricité ne bougeront pas jusqu’à la fin de l’année. C’est le gouvernement qui vient de l’annoncer.

Gaz et électricité : l'État prolonge le bouclier tarifaire jusqu'en décembre 2022

Pas besoin de loi pour cela, un simple décret suffit, même si on imagine mal les groupes d’opposition voter contre une mesure destinée à protéger le pouvoir d’achat des Français.

Bonne nouvelle donc : vous n’avez pas à craindre d’augmentation brutale des tarifs du gaz de ville, du gaz livré à domicile, et de l'électricité, jusqu’au 31 décembre prochain.

Mais sachant qu’il faudra bien terminer l’hiver, on imagine mal le bouclier cesser de produire ses effets le 1er janvier prochain, mais en même temps, bien malin celui qui pourra dire où nous en serons, à la fin de l’année. Si la guerre en Ukraine s’arrête et que les sanctions contre la Russie sont levées, même partiellement, la donne changera du tout au tout. À l’inverse, si le conflit s’enlise, nous aurons toujours un gros problème d’énergie. Je ne vous parle même pas de l'électricité, qui dépend de la capacité d’EDF à réparer et remettre en service rapidement les centrales nucléaires à l’arrêt...

Une facture énorme pour l'État

Maintenant, derrière la bonne nouvelle, il y en a quand même une mauvaise. Le bouclier tarifaire, le blocage des prix de l’énergie, et bien... c’est quand même nous qui payerons, à terme.

Rien que pour l’année en cours, on estime la facture à près de 25 milliards d’euros. C’est quasiment la moitié du budget de l’Éducation Nationale, la première dépense de l’État.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).