Gaz russe : Gazprom remplira « pleinement » ses obligations selon Moscou

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 20 juillet 2022 à 11h47
Gaz Russe Poutine Obligations Europe
60%Gazprom a réduit ces dernières semaines de 60 % ses livraisons de gaz à cause d'une maintenance.

Cette annonce émane du maître du Kremlin, Vladimir Poutine. Au cours d’une conférence de presse, il l’a redit : le géant russe Gazprom continuera d’honorer ses obligations de livraison vers l’Europe.

Les livraisons de gaz russe en baisse

La guerre en Ukraine a une incidence économique. Pour sanctionner cette invasion russe, les Occidentaux déploient un arsenal de mesures pour augmenter le coût de la guerre pour la Russie. Pour taper directement au porte-monnaie russe, les Européens ont déjà annoncé qu’ils allaient baisser de façon drastique les importations de gaz russe d’ici à la fin de l’année. Depuis, plusieurs plans sont en discussion pour s’en passer, certains pays européens étant complètement dépendants des approvisionnements de Moscou.

Au cours d’une conférence de presse, Vladimir Poutine indique que le géant Gazprom remplira « pleinement » ses obligations en matière de livraison auprès de ses fournisseurs, dont une partie des pays européens. Cette annonce intervient au même moment où les livraisons commencent justement à baisser.

Un cas de force majeur assure Gazprom

Si les livraisons vers les pays européens baissent, c’est à cause d’une chute drastique des quantités de gaz livrées via le gazoduc Nord Stream. Ce canal vital pour l’acheminement de cette énergie vers l’Europe relie l’Allemagne à la Russie. Mais depuis plusieurs jours, les livraisons sont interrompues. La cause : une turbine est en maintenance au Canada. Gazprom invoque la force majeure pour justifier cet arrêt. Il était programmé de longue date mais semble être une nouveau tour de force entre la Russie et l’Union Européenne.

Cet arrêt est qualifié de coup « politique » par le gouvernement allemand. Les Européens veulent profiter de l’été pour faire des réserves en vue de l’hiver. Ce dernier s’annonce incertain, plusieurs pays dont la France ont déjà appelé à faire des économies d’énergie.

Cédric Bonnefoy est journaliste.