Gaz : la Russie maintient la pression et baisse à nouveau les livraisons

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 26 juillet 2022 à 14h55
Russie Gaz Russe Coupure 1
55%L'Allemagne était dépendante à 55% du gaz russe en 2021.

La guerre en Ukraine se poursuit et la Russie ne semble pas vouloir cesser le conflit, bien au contraire : les annonces officielles pointent vers un élargissement des opérations. Et sur le front de la guerre économique entre l’Europe et le Kremlin, les nouvelles ne sont pas bonnes non plus.

Les livraisons de gaz de nouveau baissées par la Russie

Le géant gazier russe Gazprom l’a annoncé sur son canal Telegram officielle : une nouvelle baisse des livraisons de gaz vers l’Europe est prévue en cette fin de mois de juillet 2022. Dès le mercredi 27 juillet, « la capacité productive de la station de compression Portovaïa passera à 33 millions de m3 ».

Cette capacité ne représente que 20% du gazoduc NordStream, au centre du conflit. La baisse représente 50% des livraisons de ce début de semaine du 25 juillet 2022, alors que les livraisons étaient déjà largement réduites, à seulement 40% de la capacité.

Officiellement, Gazprom avance des problèmes techniques sur la turbine, et notamment le problème d’une turbine en réparation au Canada qui n’avait pu être rapatriée en Russie à cause des sanctions internationales. Mais pour l’Allemagne, premier pays touché par ces réductions de livraison, la décision de baisser le flux de gaz est surtout politique et vise à maintenir la pression du Kremlin sur l’Union européenne à cause des sanctions économiques et de son aide militaire envers l’Ukraine.

Sobriété énergétique : plusieurs engagements pris en France

Face à la situation, et au risque réel de pénuries d’énergie durant l’hiver 2022-2023 en France, les annonces se multiplient. Après la grande distribution, ce sont les magasins spécialisés (bricolage, sport…) qui ont annoncé le 25 juillet 2022 prendre des mesures pour réduire leur consommation d’énergie. Extinction des enseignes, réduction de la luminosité…

Des annonces qui font écho à la demande d’Emmanuel Macron de réduire la consommation, alors que le gouvernement prépare un « plan de sobriété énergétique » d’envergure. Mais la question se pose : ces mesures, prises en un temps record, n’auraient-elles pas pu l’être il y a des années déjà ?

Si l’urgence énergétique est réelle et imminente, l’urgence climatique l’est depuis bien plus longtemps… mais les enseignes ont dû attendre de risquer des coupures d’électricité pour prendre des initiatives de ce type ?

De quoi laisser entendre qu’il faut craindre pour les ventes et son portefeuille afin de faire un geste pour la planète, geste qui, par ailleurs, n’est que contraint par une situation géopolitique inédite et dramatique...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Gaz : la Russie maintient la pression et baisse à nouveau les livraisons»

Laisser un commentaire

* Champs requis