Gaz : la Russie ferme le robinet à la Pologne, les marchés s’emballent

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 27 avril 2022 à 6h31
Gaz Russe Importations Europe 1
382%Le prix du gaz le 26 avril 2022 est 382% plus élevé qu'en avril 2021.

Au pied du mur en Ukraine, où la guerre continue et où l’armée russe ne semble pas réussir à prendre le dessus, le Kremlin a décidé de commencer à jouer sa dernière carte : le gaz. Le géant gazier Gazprom a annoncé l’arrêt de la livraison de gaz à la Pologne et la Bulgarie. Une décision majeure, à plus d’un titre.

Plus de gaz russe pour la Pologne et la Bulgarie

C’est mardi 26 avril 2022 que Gazprom a communiqué aux entreprises concernées, notamment la compagnie polonaise PGNiG, que les livraisons de gaz via le gazoduc Yamal allaient s’arrêter. Celui-ci relie la Biélorussie, alliée de la Russie, à la Pologne. La Bulgarie serait également touchée par la décision du Kremlin, qui vise à mettre un coup de pression sur l’Occident.

Car elle est surtout stratégique : la Pologne et la Bulgarie font partie de l’Otan et de l’Union Européenne. Leur couper l’arrivée de gaz, malgré les contrats qui lient Gazprom avec les différents pays, est donc une sanction économique lourde. Sans compter que le fait de couper l’arrivée de gaz du gazoduc Yamal implique la confirmation que la Biélorussie est effectivement alliée de Poutine.

Sur les marchés, le gaz repart à la hausse

L’arrêt des livraisons de gaz est lié au nouveau mode de paiement instauré par la Russie de manière unilatérale, qui consiste à payer en roubles des contrats stipulés en dollars ou en euro, via un système de change. Et si la Pologne devrait réussir à se passer des livraisons de Gazprom, c’est plus compliqué pour la Bulgarie qui dépend à 90% du gaz russe. L’Allemagne, de son côté, importe 55% de son gaz de la Russie qui détient là un moyen de pression considérable.

En attendant, et sans surprise, les marchés se sont emballés : le gaz a vu son prix augmenter de 17% à la suite de l’annonce par PGNiG, à plus de 103 euros le MWh. Le gaz coûte près de 4 fois plus (382%) qu’en avril 2021, bien qu’il soit à moitié prix par rapport au record historique de début mars 2022 lorsqu’il avait dépassé les 220 euros le MWh.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Gaz : la Russie ferme le robinet à la Pologne, les marchés s’emballent»

Laisser un commentaire

* Champs requis