Le gouvernement lance un fonds d’investissement pour les épargnants

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 2 octobre 2020 à 11h56
Fonds Investissement Pme Crise
5000€En France, les épargnants pourront investir entre 5.000 et 95.000 euros dans les PME les plus performantes.

En temps de crise, il est courant que les gouvernements lancent des emprunts afin de financer, par exemple, l’effort de guerre, ou bien encore, la relance de l’économie.

Un nouveau fonds d'investissement

Mais il est moins banal qu’un gouvernement lance un fonds d’investissement, afin de financer directement des entreprises. C’est pourtant ce qu’il est possible de faire depuis hier soir, en allant sur Internet et en tapant 123-im.com, ou encore en demandant de l’aide à son banquier.

Concrètement, la banque publique d’investissement a rassemblé quelque 1.500 PME, souvent, assez jeunes, la plupart du temps innovantes, et les a placées virtuellement bien sûr dans un portefeuille d’investissement. Tout un chacun peut décider de devenir actionnaire de ce fonds, et donc, par contrecoups d’une toute petite partie de ces 1.500 PME majoritairement françaises.

5.000 euros minimum pour investir

Si la porte est ouverte à tous, il y a tout de même un ticket d’entrée minimum : 5.000 euros. Bien entendu, pour attirer le chaland, il y a une promesse à la clef, un rendement canon, de dix à quinze fois plus qu’un livret A, soit 5 à 7% par an.

Mais attention ! Si l’argent placé sur un livret A est à l’abri des coups de tabac, l’argent que vous placeriez dans “BPIfrance Entreprises 1” pourrait, lui, subir les aléas de l’économie. On peut donc gagner 5 à 7% par an, ou bien perdre une partie de son capital à la sortie, sachant que les souscripteurs embarquent forcément pour 5 ans.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis