La Grèce et le paradoxe de Zénon

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Pascal de Lima Modifié le 29 mai 2012 à 10h09
La Grèce pilier fondateur de la civilisation du bassin méditerranéen est pour l’Occident faut-il le rappeler le pays inventeur de la démocratie, la philosophie, la médecine, les mathématiques, le théâtre et l’histoire. Aujourd’hui cette Grèce éternelle est en grande difficulté économique.

Incapable de faire face à ses créances et prise dans le tourbillon des grandes puissances, cette Grèce moderne a triché et menti notamment nous le savons, sur ses comptes publics, parfois avec l’aide de brillants financiers peu scrupuleux. Pourtant au moment de l’intégration dans la zone euro, cette Grèce avait l’impression d’être riche.

Aujourd’hui, pauvre et surendettée, elle est menacée de relégation économique... elle est prise dans le paradoxe de Zénon d’Achille. Dans le paradoxe d'Achille et de la tortue, il est dit qu'un jour, le héros grec Achille a disputé une course à pied avec un lent reptile. Achille courait très vite et il avait accordé gracieusement à la tortue une avance de cent mètres. Zénon affirme alors que le rapide Achille n'a jamais pu rattraper la tortue. En effet, si chaque concurrent court à vitesse constante, l'un très rapidement, et l'autre très lentement ; au bout d'un certain temps, Achille aura comblé ses cent mètres de retard et atteint le point de départ de la tortue, mais pendant ce temps, la tortue aura parcouru une certaine distance, certes beaucoup plus courte, mais non nulle, disons un mètre.
Voilà ou se trouve la Grèce.

Pourtant on oublie une chose : un pays contrairement à une entreprise est immortel et décréter le défaut d’un Etat est bien plus difficile et lourd de conséquences que de faire faillite lorsqu’il s’agit d’une entreprise qui disparaîtra. Certes, il y a des arbitrages économiques entre d’un coté le coût colossal du maintien de la Grèce dans la zone euro, tel un puits sans fond, et celui d’une sortie de la zone euro, ou relégation économique. Dans ce dernier cas, les coûts sont principalement constitués de la dette exprimée en euro multipliée par le taux de dévaluation du Drachme nouvelle monnaie Grecque. Ici, toute la question en suspend est celle du défaut ou non car un défaut de la Grèce ajouterait des coûts colossaux au scenario de sortie de la zone euro. Mais de toutes façons le défaut existe déjà dans la zone euro puisqu’il y a eu une décote sur la dette publique grecque, c’est ce qu’on appelle le défaut déguisé pour éviter une crise politique européenne.

En réalité, d’un coté comme de l’autre, la situation est peu réjouissante. On maintient la Grèce sous perfusion dans la zone euro pour des raisons principalement politiques et morales et c'est peut-être une bonne chose quand on connait les antécédents historiques des Etats en cessation de paiement, (si ce risque existe en cas de sortie faut-il le rappeler, ce qui n’est pas évident). Ainsi, si l'on veut que l'économique porte un peu plus ce projet politique il faut que le pacte de solidarité pour la Grèce soit suivi d'un pacte de la croissance.

Il faudrait alors attirer des personnes entreprenantes sur son territoire pour créer des entreprises, assurer le paiement des impôts sans exception. Il faut également identifier les avantages spécifiques du pays : son histoire, son patrimoine (exploitables par le tourisme), son potentiel agricole (inexploité aujourd’hui à l’échelle de l’Europe), son potentiel d’énergie renouvelable (éolien, solaire).

La croissance de la Grèce passe donc par l’organisation de l’exploitation de ses différentes ressources, par des investissements réalisés par ses créanciers ou l’Europe, et par la mise en place d’une politique d’honneur et de fierté.

Pascal de Lima avec Jean-Paul Gomez

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Chef économiste, Economiste de l'innovation, knowledge manager des cabinets de conseil en management (20 ans). Essayiste et conférencier français spécialiste de prospective économique, mon travail, fondé sur une veille et une réflexion prospective, porte notamment sur l'exploration des innovations, sur leurs impacts en termes sociétaux, environnementaux et socio-économiques.Responsable de l'offre "FUTURA : Impacts des innovations sur les métiers de demain". Vision, Leadership, Remote of Work, Digital as Platforms...secteurs Banque Finance Assurance, PME TPE, Industrie et Sport du Futur.Après 14 années dans les milieux du conseil en management et systèmes d’information (Consultant et Knowledge manager auprès de Ernst & Young, Cap Gemini, Chef Economiste-KM auprès d'Altran - dont un an auprès d'Arthur D. Little...), je fonde Economic Cell en 2013, laboratoire d’observation des innovations et des marchés. En 2017, je deviens en parallèle Chef Economiste d'Harwell Management.En 2022, je deviens Chef économiste de CGI et Directeur de CGI Business Consulting.Intervenant en économie de l'innovation à Aivancity, Sciences po Paris, ESSEC, HEC, UP13, Telecom-Paris... et Conférenciers dans le secteur privé, DRH, Directions Métiers...J'ai publié plus de 300 tribunes économiques dans toute la presse nationale, 8 livres, 6 articles scientifiques dans des revues classées CNRS et j'interviens régulièrement dans les médias français et internationaux.Publication récente aux éditions FORBES de « Capitalisme et Technologie : les liaisons dangereuses – Vers les métiers de demain ».Livre en cours : "La fin du travail"Site personnel : www.pascal-de-lima.com

Laisser un commentaire

* Champs requis