Grèce : la Banque centrale menace les deux camps d’une crise incontrôlable faute d’accord

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 17 juin 2015 à 21h18
Grece Dette Europe Accord Tsipras1
30Entre décembre et avril, l'épargne privée grecque a fondu de 30 milliards d'euros

C’est ce qui s’appelle élever le ton, ou plus familièrement, sonner la fin de la récréation. A la veille d’une nouvelle réunion cruciale de l’Eurogroupe à Luxembourg, la banque centrale de Grèce a publié une mise en garde très claire : si les négociateurs de la dette grecque ne parviennent pas à se mettre d’accord dans les plus brefs délais, alors une crise "incontrôlable" pourrait survenir.

Réformes contre argent

C’est bien simple : si le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, et les créanciers de son pays (FMI, BCE et Union Européenne) n’arrivent pas à s’accorder sur d’un côté, les modalités du remboursement de la dette et de l’autre, les réformes à entreprendre (notamment du système de retraite et de la TVA), alors la Grèce va droit dans le mur, selon l'institution bancaire : elle risque de sortir tout bonnement de la zone euro, voire de l’Union européenne. Ce qui serait une première.

La banque affirme que "peu de chemin reste à parcourir" vers un compromis. Pour y parvenir, elle appelle les deux camps à faire preuve de davantage de flexibilité. Ces derniers jours, c’est un véritable dialogue de sourd qui s’est engagé entre les responsables politiques grecs et les responsables des institutions européennes et internationales. Chacun campe sur ses positions, et ne lâche rien.

"Un douloureux chemin" pour les Grecs

La situation est tellement bloquée qu’il n’est plus du tout sûr que la troïka accepte de verser l'enveloppe de 7,2 milliards d’euros prévue dans le plan d’aide. Un argent frais dont la Grèce a cruellement besoin, ne seraut-ce que pour payer ses fonctionnaires et ses retraités.

Faute d’un accord, prévient la banque, "un douloureux chemin  s'ouvrira".

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.