SNCF, énergie, école : la France face à une nouvelle grève interprofessionnelle

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 17 octobre 2022 à 8h55
Greve Couts Econonie France 1
6,8%Les produits alimentaires ont connu une inflation de 6,8% en juillet 2022 sur un an.

La semaine du 17 octobre 2022 sera celle du conflit social étendu pour le gouvernement qui, rappelons-le, a perdu la majorité absolue à l’Assemblée nationale lors des dernières élections législatives. Un moment fort du tout nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron, alors que celui-ci s’apprête à dégainer le 49.3 pour faire adopter de force la loi de Finances 2023.

Carburants : la grève dans les raffineries se poursuit

Tout a commencé avec le débrayage, début octobre 2022, dans les raffineries : blocage des dépôts et arrêt de la production ont causé des pénuries artificielles dans les stations-essence. Le gouvernement a même dû réquisitionner des salariés, et a annoncé, le 16 octobre 2022, que de nouvelles réquisitions pourraient être à l’ordre du jour lundi 17 octobre 2022 et après, si la situation ne s’améliore pas.

Or, il y a un risque que cela arrive : la grève dans les raffineries, notamment chez TotalEnergies, se poursuit. Malgré les discussions, qui ont abouti entre la direction et la CFDT, la CGT maintient son mouvement social demandant toujours des augmentations de salaires (alors que TotalEnergie propose des primes et des augmentations « sous conditions »). Les automobilistes doivent s’armer de patience, bien qu’un début d’amélioration devrait avoir lieu.

Le secteur de l’énergie emboîte le pas du pétrolier

Face à la puissance de la grève chez TotalEnergies et Esso-ExxonMobil, capable de bloquer un pays et de faire céder la direction, les syndicats du secteur de l’énergie en général, et notamment du nucléaire, ont annoncé une grève à leur tour. Une grève toujours pour les salaires mais aussi en soutien des grévistes.

Forcément, ces annonces se sont rapidement propagées aux autres secteurs au point de faire de la journée du mardi 18 octobre 2022 une journée de grève interprofessionnelle. Les grévistes seront nombreux.

Au tour des cheminots et de l’école de faire grève

Une fois que les quatre syndicats les plus opposés à Emmanuel Macron, CGT, FO, FSU et Solidaires, ont lancé les appels à la grève, tout s’est enchaîné. Désormais, la SNCF et la RATP annoncent des perturbations sur leurs réseaux. Dès le 18 octobre 2022, une grève reconductible devrait avoir lieu à la SNCF et à la RATP, mais les prévisions de trafic ne seront connues que lundi 17 octobre 2022 dans la soirée.

Dans la foulée, les syndicats de l’enseignement ont rejoint le mouvement : certaines crèches pourraient être fermées, les Atsem (Aides à l’autonomie des enfants) se préparant à une forte mobilisation. Et dans les lycées professionnels, cette grève avait été prévue depuis longtemps et devrait être donc très suivie.

D’autres secteurs en grève le 18 octobre 2022

Enfin, certaines grandes entreprises du privé connaîtront également des débrayages, sur fond de hausses de salaires et de hausse de l’inflation. Et Dans certaines villes, ce seront les poubelles qui pourraient ne pas être ramassées, les fonctionnaires territoriaux annonçant aussi joindre la mobilisation.

Mardi 18 octobre 2022 deviendra donc une journée de « test » pour l’exécutif : tous les syndicats demandent à peu près la même chose, une hausse des salaires, que le gouvernement ne veut pas accorder ou imposer. Si la mobilisation est massive, la réponse officielle sera scrutée par tous les acteurs, et pourrait conduire à un conflit de longue durée entre les pouvoirs publics et les particuliers.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio