Hausse des prix de l’essence : quand l’État s’en met quand même plein les poches

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 13 juin 2022 à 11h37
Taxes Carburants Transition Ecologique 1
160 milliardLa TVA a rapporté 160 milliards d'euros en 2021, ce qui en fait l'impôt le plus rentable pour le Trésor public.

L'État ne gagne pas d’argent avec les taxes sur les carburants. Ce n’est pas moi qui le dit mais Élisabeth Borne, notre Première ministre, interpellée sur le niveau stratosphérique des prix du gazole et du super à la pompe.

Quand le prix d'un produit augmente, la TVA augmente aussi

Pourtant, la réalité est toute autre. Sur un plein qui vous coûte 100 euros, 60 euros finissent dans les caisses de l’État, en taxes. La TICPE, taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques est la plus grosse, mais il ne faut pas oublier aussi la TVA qui, chose bizarre, s’applique aussi sur la TICPE. Donc, une taxe taxe une autre taxe, tout va bien.

Maintenant, pour être parfaitement honnête, Élisabeth Borne ne voulait sans doute pas dire que l’État ne gagnait pas d’argent avec les taxes sur les carburants, mais qu’il n’en gagnait pas plus, avec la hausse des prix. Malheureusement, là aussi, c’est faux. Quand le prix d’un produit augmente, la TVA, qui représente 20% du prix, augmente aussi proportionnellement. Mais la fameuse TICPE aussi est soumise au même régime, car elle aussi est proportionnelle, alors que fut un temps, c’était une taxe fixe.

La TICPE et la TVA rapportent gros à l'État

En mars dernier, TF1 avait calculé que sur un plein d’une centaine d’euros, l’État gagnait 3 euros de plus, rien qu’en TICPE, avec la hausse du prix des carburants. Depuis, les prix ont encore énormément augmenté, le gain pour l’État doit s’approcher des 5 euros.

Certains me diront, à raison, que l’État a accordé une remise de 15 centimes sur chaque litre de carburant vendu en France. Cela a permis de faire repasser le prix du litre sous la barre des 2 euros pendant quelques semaines. Mais aujourd’hui, cette remise est totalement effacée, engloutie par l’explosion des prix. Et comme les taxes sont proportionnelles et bien... Les 15 centimes de remise d’un côté sont largement compensés par les taxes collectées en plus par l’État.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016. Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time.  En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007. Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an. En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier.  Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.   Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).