Gazprom menace : les prix du gaz vont encore augmenter malgré les records

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 17 août 2022 à 6h07
Gaz Russe Importations Gnl Europe 2
25%Les réserves stratégiques de gaz de la France représentent 25% de sa consommation annuelle.

La guerre économique entre l’Union européenne et la Russie se poursuit, avec le gaz au centre de tout. Déjà à des niveaux record, ce qui ne manque pas d’inquiéter les fournisseurs et les ménages, le prix du gaz sur les marchés pourrait encore augmenter selon l’énergéticien russe dont les exportations vers l’Europe sont au plus bas sur fond de sanctions et contre-sanctions à cause de la guerre en Ukraine.

Le prix du gaz atteint un nouveau record en Europe

Sur les marchés de gros, pétrole et gaz suivent deux tendances opposées. Alors que le premier baisse et se trouve désormais à un niveau pré-guerre en Ukraine (moins de 95 dollars le baril pour le Brent, moins de 90 dollars pour le WTI), le prix du gaz continue d’augmenter. La raison de ces variations différentes est simple : là où le Cartel de l’or noir, l’OPEP, augmente sa production de pétrole, la Russie réduit ses exportations de gaz vers l’Europe pour faire pression et tenter de faire lever les sanctions économiques qui lui ont été imposées après qu’elle a attaqué l’Ukraine.

Ainsi, le 16 août 2022, les prix du gaz sur le marché ont atteint un nouveau record : 251 euros le MWh en séance, en hausse de 14,37%. Mais à la clôture des échanges, la situation était un peu meilleure, avec 225,9 euros le MWh, enregistrant une augmentation de 2,67% sur la journée, après 6,8% de hausse la veille.

La Russie prévient : le prix du gaz va encore augmenter

Avec des prix aussi élevés, le gaz inquiète : les fournisseurs ne peuvent plus respecter leurs contrats avec les clients et risquent de perdre de l’argent. Avec, à la clé, une potentielle faillite en cascade des plus petits fournisseurs.

L’Allemagne, pour répondre à ces difficultés, a annoncé une nouvelle taxe sur l’énergie de 2,4 centimes d’euro le KWh, ce qui conduira à une explosion des factures des particuliers. L’estimation est de près de 600 euros de hausse en un an pour une consommation de 20.000 KWh, soit celle d’une famille de 4 personnes.

Mais ça pourrait ne pas suffire, car Gazprom continue de menacer l’Europe. L’énergéticien estime qu’une augmentation des prix de 60% par rapport aux niveaux de cette mi-août 2022 est possible. « Les prix dépasseront 4.000 dollars par 1.000 mètres cubes cet hiver », a-t-il annoncé, soit plus de 390 euros le MWh.

Les réserves stratégiques de gaz bientôt remplies ?

Les pays européens ont pris les devants et continuent de remplir leurs réserves stratégiques pour tenter de passer l’hiver 2022-2023 sans trop risquer de pénuries. L’objectif est de 80% de l’ensemble des réserves européennes remplies au 1er novembre 2022, ce qui semble faisable puisqu’elles auraient déjà atteint en moyenne 75%.

En France, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, annonçait déjà début août un remplissage de 80% des stocks, avec un objectif de 100% au 1er novembre 2022 qui devrait être atteint. Mais ces réserves ne répondent qu’à 25% de la consommation annuelle globale du pays.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis