Paris : le millionnaire Jason Buzi va cacher 2 000 euros dans la capitale

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 18 juin 2014 à 13h00

Comme ça ! Pour le "fun" ! Jason Buzi, le millionnaire adepte de cette petite expérience à San Francisco et Los Angeles, s’apprête à cacher 2 000 euros en cash dans les rues de la capitale, d’ici la fin du moins de juin. Une initiative défendue par la loi, et qui ne plaît guère aux autorités.

Paris sera-t-il le terrain de jeu d’une véritable chasse au trésor d’ici la fin du mois ?

2 000 euros cachés dans les parcs de Paris

Jason Buzi, un millionnaire américain ayant fait fortune dans l’immobilier a annoncé vouloir cacher la somme de 2 000 euros, en cash, dans les parcs publics de la capitale française. Une initiative relayée sur Twitter, et qu’il compte bien étendre à Madrid prochainement, après l’avoir fait à San Francisco et Los Angeles.

@hiddencash : Les indices seront dévoilés via Twitter

Le principe est simple. Jason Buzi donnera des indices à partir de son compte Twitter @hiddencash. Les plus malins auront ainsi la chance de dénicher l’un des dizaines d’enveloppes déposées dans les parcs publics parisiens. Et cela entre le 28 et 29 juin prochain. "Nous avons choisi de cacher des euros et non pas des dollars car cela serait arrogant. Nous utilisons toujours la monnaie locale" a-t-il précisé au Parisien.

Une initiative punie par la loi française

Mais l’initiative ne plaît que moyennement aux autorités parisiennes qui craignent des troubles à l’ordre public. Le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, réfléchit à une éventuelle interdiction si Jason Buzi ne renonce pas à son projet. Le préfet de police a également rappelé que "la distribution sur la voie publique, à des fins publicitaires, de pièces de monnaie ou de billets de banque ayant cours légal est punie de six mois d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende". A bon entendeur…

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.