Quand le «made in Ethiopia» envahit la planète

Par JOL Press Publié le 23 août 2013 à 14h47

Pour optimiser sa production, le géant suédois du prêt-à-porter H&M quitte la Chine et s'installe en Ethiopie. Un déménagement qui semble attirer de nombreux groupes, désireux de trouver une main d'oeuvre moins coûteuse, la Chine étant devenue trop chère.

Le « made in china » serait-il devenu trop cher ? Le suédois H&M semble avoir décidé que la Chine n'était plus l'eldorado d'autrefois et s'apprêterait à s'implanter en Ethiopie.

De la Chine à l'Ethiopie

Le 16 août dernier, le géant de l'habillement a annoncé son intention de trouver de nouveaux fournisseurs en Ethiopie. « Nous cherchons constamment de nouveaux marchés d'achat potentiel », a indiqué la porte-parole du groupe, dans des propos rapportés par le journal Le Monde.

Jusqu'ici, 80% de la production du groupe provenait d'ateliers chinois ou asiatiques. Mais aujourd'hui, économies obligent, H&M devrait s'installer progressivement en Afrique, estime l'article du Monde.

Il faut dire que les choses ont bien changé en Chine, depuis ces dernières années. Dans le secteur privé, les salaires ont augmenté de 17% par an. Délocaliser une production ne devient plus intéressant, en tout cas en Chine. Car en Ethiopie, le coût de production d'un vêtement revient deux fois moins cher qu'en Chine, selon des chiffres publiés par le Wall Street Journal et relayés par Le Monde.

Fin de l'eldorado éthiopien en 2019 ?

Sur les frais de transport de marchandises, le groupe devrait également pouvoir faire d'importantes économies, l'Afrique étant plus proche des côtes européennes que la Chine.

Le projet du groupe suédois devrait rapidement prendre forme dans la mesure où des fournisseurs éthiopiens devraient construire des usines avant la fin de cette année.

L'initiative africaine de H&M portera-t-elle ses fruits ? Pas forcément, selon le Wall Street Journal. En effet, l'augmentation rapide des coûts en Ethiopie, qui ont subi une hausse de 18% entre 2010 et 2011. En Chine à la même époque, cette hausse n'a été que de 7,7%. Si les deux pays suivent cette même courbe, les coûts de production de l'Ethiopie dépasseront ceux de la Chine en 2019.

Le Monde rappelle que l'Ethiopie a une très longue tradition d'activité textile depuis l'invasion de l'Italie en 1935. Ce pays, l'un des plus pauvres du monde, survit notamment grâce à ce secteur économique qui est un véritable moteur de croissance pour lui.

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.

Aucun commentaire à «Quand le «made in Ethiopia» envahit la planète»

Laisser un commentaire

* Champs requis