Immobilier : passe moi le Scellier, je te passe Duflot

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 4 septembre 2012 à 23h14

Le Scellier est mort, vive le Duflot. Le gouvernement avait promis de s'attaquer aux niches et autres avantages fiscaux, et le dispositif Scellier, destiné à favoriser l'investissement dans le marché locatif, fera partie des prochaines victimes. Il disparaîtra corps et biens... pour renaître, du moins partiellement, sous un autre nom ! L'appelera-t-on le Duflot, du nom de la ministre écologiste du Logement ?

En tout cas, il se distinguera du Scellier sur certains points, comme a commencé à l'expliquer Cécile Duflot. Ainsi, les zones éligibles à ce genre d'investissements, avec avantage fiscal à la clef, seront redessinées, ce qui promet de sacré batailles en perspective, pour ceux qui n'y seront pas... ou plus. Autre changement, ce nouveau dispositif n'octroiera pas une réduction d'impôts (déduite du montant à payer) mais une déduction sur le revenu imposé. De facto, les petits salaires, les petites retraites, qui voudraient investir dans l'immobilier, seront désaventagés par rapport aux hauts revenus qui auront intérêt à diminuer leur revenu imposable par ce biais. Le nouveau dispositif, définitif, devrait être présenté à la fin du mois de septembre.

Au plus fort du dispositif Scellier, l'investissement locatif a représenté jusqu'à 60 % des constructions de logements neufs; et devrait encore contribuer à en financer la moitié cette année. Autant dire que sa disparition pure et simple était impossible, et son remplacement, délicat.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis