Commerce : L’impact de la crise sanitaire sur le marché de l’emploi

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Samuel Mueller Publié le 4 février 2022 à 14h58
Commerce Ouverture Dimanche 1
25%Les ventes dans les commerces de détail en France ont baissé de plus de 25% en 2020.

La crise sanitaire a changé la manière dont nous consommons, que ce soit en ligne ou en magasins. La transformation digitale de notre économie s’est accélérée depuis mars 2020, et le commerce de détail ne fait pas exception. Mais quel sera l’impact de cette évolution pour l’emploi dans le secteur du commerce de détail, qui est un de ceux offrant le plus d’opportunités de carrières en France ?

Une transformation de fond impactant l’emploi

Il ne s’agit pas là d’une révolution, mais d’une accélération de tendances déjà existantes. Les nouvelles technologies et les nouveaux modes de consommation ont donné naissance à pléthore de services tels que le Click & Collect, le “Ship From Store”, le Scan & Go, ou encore les encaissements et paiements sans contact. Depuis la crise, ces services sont de plus en plus plébiscités par les consommateurs et la tendance ne devrait pas s’inverser à l’avenir.

Avec cette digitalisation croissante, il serait illusoire de penser que les emplois de vendeurs ne seront pas impactés. Tout l’enjeu pour notre société est de faire de cette transformation digitale à marche forcée un tremplin pour l’emploi et une opportunité individuelle et collective.

Les décideurs dans le milieu du commerce de détail investissent et se préparent à cette évolution numérique depuis des années, mais les plus petites enseignes et les collaborateurs sur le terrain, eux, ont été, pour beaucoup, mis devant le fait accompli.

Nous avons pu l’observer depuis des années : l’arrivée des technologies d’automatisation inquiète les professionnels du secteur de la vente, qui y voient une menace pour leurs emplois. En parallèle, il leur est demandé de maîtriser rapidement de nouveaux outils numériques, d’être toujours plus polyvalents, tout en restant à l’écoute des clients. Sans formation, cette position d’équilibriste n’est pas une mince affaire.

Assurer l’employabilité des spécialistes du commerce

Avec l’adoption de plus en plus massive des technologies sans contact, le rôle des vendeurs ne s’arrête plus aux limites traditionnelles qu’on lui attribuait jusqu’à présent. Les collaborateurs gagnent progressivement en responsabilités et en diversification : accompagnement plus personnalisé des clients, mise en rayon et gestion des stocks, préparation des commandes selon de nouvelles méthodes de récupération telles que le Click & Collect, etc.

Ce nouveau visage du métier de vendeur n’est pas anecdotique compte-tenu du poids de ce secteur sur le marché de l’emploi. Nous devons nous assurer que chaque collaborateur en place dispose de l’ensemble des outils et des connaissances nécessaires au maintien de son employabilité et à son empouvoirement.

Les profils des salariés du secteur du commerce de détail sont variés et marqués par une diversité générationnelle omniprésente. Tous n’ont pas la même appétence pour la technologie et les mêmes capacités d’adaptation, l’accompagnement doit donc être au cœur des préoccupations. La mise en place d’outils numériques simples et accessibles, mais aussi de formations pour faire gagner les équipes en compétences, est une condition sine qua non du maintien de l’emploi dans ce secteur.

Repenser l’emploi commercial

Les technologies mises en place en magasin ne sont pas seulement dédiées à l’automatisation, mais aussi à la connaissance clients. Ce vivier d’informations nous permet aujourd'hui de repenser les contours de l’emploi commercial pour aller vers un accompagnement client plus personnalisé et humain.

Grâce au gain de temps occasionné par la technologie, nous pouvons entrevoir un avenir plus polyvalent et à plus forte valeur ajoutée pour le rôle de vendeurs en magasin. Demain, les enseignes auront besoin de conseillers de vente pivots, capables d’intervenir auprès de la clientèle au bon moment pour éviter les ventes perdues et pour renforcer la relation client.

Ce nouveau rôle permettra également de fidéliser les forces de vente, en leur offrant des postes à plus haute responsabilité, mais aussi les clients, qui bénéficieront d’un service ultra-personnalisé basé sur le discernement et la chaleur humaine, mais aussi les données recueillies pour mettre en avant le bon produit, au bon moment, de la bonne manière.

En 2019, selon l’INSEE 1,8 millions de salariés travaillaient dans le secteur du commerce de détail. C’est donc autant de personnes qui sont à présent touchées par la transformation digitale de ce secteur. Et il n’y aura pas de retour en arrière. Les doutes et les craintes en matière d’emploi doivent laisser place à une réflexion sociétale sur le rôle des professionnels du commerce de détail et sur le rôle des enseignes et des institutions dans l’accompagnement vers l’employabilité.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

PDG de Scandit

Laisser un commentaire

* Champs requis