Impôts : + 30 milliards en deux ans, – 25 milliards en trois

Par Olivier Sancerre Modifié le 9 avril 2014 à 5h13

Lors de son discours de politique générale, Manuel Valls n'a évidemment pas oublié les entreprises. Suivant en cela le droit fil de François Hollande qui s'est converti en janvier à la politique de l'offre.

Des allégements de charge pour les entreprises

De fait, les entreprises ont obtenu ce qu'elles réclamaient : un allègement des charges de 20 milliards d'euros d'ici 2017. Ces allégements seront répartis à égalité entre baisse des charges et baisse des impôts. Le pacte de responsabilité prévoyait déjà 10 milliards en terme d'allégement des charges, auxquels l'exécutif rajoute la suppression de la C3S (contribution sociale de solidarité sur les sociétés) et surtout, une réduction de l'impôt sur les sociétés qui va baisser en 2017 et 2020 pour s'établir à 28%.

Ces allégements sont inégalement répartis entre les entreprises. Selon que l'on soit petit ou grand… Ainsi, la suppression de la C3S va surtout favoriser les groupes importants puisque seules les entreprises dont les revenus dépassent les 760 000 euros annuels règlent cette contribution. Manuel Valls va donc alléger le fardeau des sociétés de 5 à 6 milliards d'euros par an, avec un premier allègement dès 2014 à hauteur d'1 milliard, a promis le chef du gouvernement.

L'impôt sur les sociétés au régime

La baisse sur l'impôt sur les sociétés, qui frappe au tiroir-caisse de toutes les entreprises, va se voir déclinée en deux temps : d'abord la suppression de la surtaxe d'impôt, instaurée l'an dernier pour boucler le budget de l'État, et qui va être supprimée en 2016 (soit 2,3 milliards d'euros d'économies) - ce qui signifie au passage qu'elle sera encore appliquée cette année ! La baisse de l'IS connaîtra elle un premier seuil en 2017 où l'impôt s'établira à 32% (au lieu de 33,33% actuellement), puis à 28% en 2020.

Les 30 milliards d'impôts supplémentaires prélevés depuis le début de la présidence Hollande vont donc se voir allégés de 25 milliards en tout, auxquels on rajoutera les 20 milliards du CICE (crédit d'impôt compétitivité). Si les entreprises sont les principales bénéficiaires de ces baisses d'impôts, les ménages en profiteront également à hauteur de 5 milliards.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis