L’assureur Indexia Group jugé pour pratiques commerciales trompeuses

Par Anton Kunin Modifié le 22 août 2022 à 10h28
Energie Consommation Ordinateur Internet Navigateur
700Entre septembre 2019 et mai 2020, la DGCCRF a reçu 700 signalements de consommateurs concernant Indexia Group.

Indexia Group (anciennement SFAM), la société qui s’est fait un nom en vendant des contrats d’assurances affinitaires sans l’accord des clients, ira bien en justice. Le dirigeant du groupe devra bientôt comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris.

Indexia Group : les signalements de consommateurs pleuvent

S’il vous est arrivé d’acheter un smartphone ou un ordinateur, puis vous rendre compte que vous avez aussi souscrit une assurance sans le savoir, il y a de fortes chances que l’assureur en question soit une société du groupe Indexia (anciennement SFAM). En 2019, ce dernier avait déjà été condamné à payer une amende de 10 millions d’euros à la Répression des fraudes pour pratiques commerciales trompeuses. Mais cette amende n’a visiblement pas suffi : les pratiques du groupe sont restées inchangées.

Entre septembre 2019 et mai 2020, 700 consommateurs ont envoyé un signalement à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) concernant le Indexia Group. La DGCCRF a alors diligenté une nouvelle enquête, qui a révélé que non seulement les contrats sont conclus sans l’accord des clients, mais que ces derniers sont dans l’impossibilité de les résilier.

Selon la DGGCRF, Indexia Group fait faussement croire aux clients que les contrats ont été résiliés

Selon les informations de RMC, fin juillet 2022, c’est uniquement via un tribunal qu’un couple a pu obtenir la communication des contrats d’assurance signés en leur nom par le groupe Indexia. Et ce n’est qu’une première étape : maintenant qu’ils ont obtenu lesdits contrats, une nouvelle bataille judiciaire s’engage pour les faire annuler.

Quant à l’instruction menée par le tribunal correctionnel, elle porte sur les « pratiques consistant à faire faussement croire aux consommateurs souhaitant faire cesser des prélèvements, résilier leurs abonnements et se faire rembourser les sommes prélevées après résiliation de leur contrat, que leurs demandes étaient prises en compte, voire effectives ». C’est précisément ce qu’avait mis au jour la dernière enquête de la DGCCRF.

Laisser un commentaire

* Champs requis