Inflation, guerre en Ukraine, Covid : les ménages français dépriment

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 mars 2022 à 10h16
Depression Angoisse Depressif Maladie Mentale
5,8%L'inflation en zone euro a été de 5,8% en février 2022.

Les beaux jours qui commencent, avec le printemps qui revient, les petits oiseaux qui chantent et la perspective des grandes vacances d’été qui s’approche, n’y fera probablement pas grand-chose : le moral des ménages est au plus bas. Les finances personnelles, le chômage, l’inflation… tout les inquiète.

L’indice de confiance des ménages en mars 2022 tombe à 91, en baisse de 6 points sur un mois.

Niveau de vie, capacité d’épargne : les Français n’y croient plus

Selon l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages sur la confiance de ceux-ci face à la situation actuelle, entre crise et guerre en Ukraine, reprise de la pandémie de Covid-19 et inflation élevée, c’est simple : les ménages dépriment. Tous les indicateurs sont en forte baisse en mars 2022 par rapport au mois précédent, et tous se trouvent à un niveau inférieur que la moyenne de longue date.

Les ménages s’inquiètent notamment d’une baisse de leur situation personnelle future qui tombe à -22 points en mars 2022 par rapport à la moyenne de longue durée (contre -6 points en février 2022) et de leur niveau de vie futur. Déjà source d’inquiétude en février 2022, l’indicateur s’établissait alors à -39 points par rapport à la moyenne), en mars 2022 les craintes sur le niveau de vie à venir explosent chez les ménages qui font passer cet indicateur à -60.

Chômage : malgré les bons chiffres affichés, les craintes augmentent

Le chômage est un peu le paradoxe de cette nouvelle enquête mensuelle : alors que le gouvernement annonce des chiffres du chômage en forte baisse sur le quinquennat, la crise en Ukraine semble faire craindre le pire. L’Insee souligne une nouvelle augmentation des craintes, à +6 points, alors que ce même indicateur était dans le négatif en février 2022. Il perd donc 9 points sur un mois.

Certes, le niveau des craintes n’est pas comparable avec celui des deux dernières années : en pleine crise de la Covid-19, les craintes des ménages sur le chômage ont atteint 85 points en février 2021, au même niveau qu’en juin 2009 au lendemain de la crise des subprimes.

La peur de l'inflation n’a jamais été aussi élevée

Autre inquiétude, bien identifiée par les sondages en amont de la Présidentielle : l’inflation. Déjà très élevée en France, 3,6% pour le mois de février 2022 selon l’Insee et avec une tendance haussière, elle rogne sur le pouvoir d’achat des ménages, leur capacité à épargner ainsi que leur budget de produits non-essentiels.

En mars 2022, cet indicateur de crainte atteint 39 points, en hausse de 50 points sur un mois. « Il atteint ainsi son plus haut niveau jamais enregistré depuis le début de la série (1972) », souligne l’Insee.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis