Inflation : élevée au moins jusqu’en 2023 prévient Bruno Le Maire

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 25 août 2022 à 9h40
Deficit Pubic France 1
6,8%Les produits alimentaires ont connu une inflation de 6,8% en juillet 2022 sur un an.

Si les Français subissent une inflation un peu moins élevée que leurs voisins européens, celle-ci est plus de trois fois supérieure à l’objectif de la BCE. L’inquiétude, chez les ménages, augmente : le budget est mis à mal, et les nouvelles ne sont jamais bonnes. Pour ne pas changer, c’est au tour de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, de le répéter : ça va être compliqué jusqu’à la fin de l’année 2022, au moins…

Inflation : la hausse des prix se poursuivra jusqu’en 2023

L’augmentation des prix à la consommation a atteint, en juillet 2022, 6,1% en France. Elle est portée par la hausse des prix de l’énergie, qui ont explosé depuis la sortie de crise sanitaire et, surtout, depuis que la Russie a attaqué l’Ukraine. Malheureusement, elle se répand : l’alimentation, les services ou encore les produits manufacturés voient leurs prix augmenter chaque mois, selon les données de l’Insee.

Une amélioration devrait avoir lieu, la situation étant intenable, mais il va falloir patienter : mercredi 24 août 2022 sur France 5, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a prévenu : les Français ne doivent pas « attendre d’amélioration sur le front de l’inflation avant début 2023 ».

Seule, petite, bonne nouvelle : selon les prévisions du gouvernement, l’inflation ne devrait pas dépasser la barre symbolique des 10% par an en France. « Nous n’avons pas aujourd’hui de scénario sur la table qui prévoit une inflation à deux chiffres en France », a-t-il déclaré. Néanmoins, il n’a pas annoncé le « maximum » attendu… donc 9,9% d’inflation pourraient être d’actualité sans que les propos de Bruno Le Maire soient contredits.

L’incertitude sur le gaz avec la fin du bouclier tarifaire

Il reste néanmoins une question à laquelle le gouvernement devra répondre : que se passera-t-il lorsque le bouclier tarifaire va prendre fin sur le gaz et sur l’électricité ? Car pour le gaz, il est prévu que cette mesure arrive à son terme le 31 décembre 2022, permettant à la Commission de Régulation de l’Énergie de réviser, à la hausse, les tarifs réglementés d’Engie et donc les tarifs qui y sont indexés.

Or, la CRE n’a rien annoncé de positif : les tarifs réglementés théoriques (non appliqués car le bouclier est en vigueur) sont deux fois plus élevés que les actuels (hausse de plus de 100%) pour le mois de septembre 2022.

Si le 1er janvier 2023, la CRE revoit les tarifs du gaz à la hausse, la facture pourrait tout simplement doubler, le prix du gaz sur les marchés étant en hausse continue. Et l’inflation en France pourrait bondir bien au-delà des 10% malgré les propos de Bruno Le Maire.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis