Vers 10% d’inflation annuelle en 2022 en France ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 16 juin 2022 à 9h02
Inflation Prix Hausse Coronavirus
5,2%L'Insee a confirmé l'inflation de mai 2022 à 5,2% sur un an.

Si l’Insee a confirmé le niveau record, inédit depuis près de 40 ans, de l’inflation en France, le PDG de Système U s’attend à ce que la situation empire. Outre une inflation qui va rester élevée durant plusieurs années, ce qui est désormais attendu, Dominique Schelcher prévoit que la hausse des prix pourrait atteindre le seuil symbolique de 10%.

Les prix en France vont-ils augmenter de 10% en 2022 ?

Le patron de Système U, invité sur FranceInfo mardi 14 juin 2022, ne prévoit pas d’amélioration rapide sur le front de la hausse des prix. « Nous ne sommes pas au pic d’inflation », a-t-il déclaré. Or, l’Insee, mercredi 15 juin 2022, a confirmé les données de l’inflation pour mai 2022 et la hausse des prix de 5,2% sur un an. Dominique Schelcher prévoit donc une hausse des prix qui sera encore plus forte.

Selon lui, l’inflation « pourrait atteindre entre 8% et 10% sur l’ensemble de l’année 2022 ». Un niveau déjà atteint par les États-Unis, où l’inflation a dépassé les 8% sur un an, et par plusieurs pays européens où les prix ont grimpé de plus de 10%. La France, de son côté, bénéficie toujours d’une inflation relativement basse par rapport à ses voisins du fait des mesures mises en place par le gouvernement. Et ce dernier a dans ses cartons une nouvelle loi pour faire face à la hausse des prix.

La pénurie de beurre guette les Français

Malgré les annonces et la loi pour le pouvoir d’achat à venir, Dominique Schelcher dévoile ces prévisions en connaissance de cause : « nous continuons à recevoir, chaque jour, des hausses de nos fournisseurs que nous discutons et que nous serons contraints de répercuter dans les prochaines semaines et les prochains mois ». Or, ces hausses sont parfois de plus de 10%. Et si les distributeurs tentent de réduire la hausse sur les étals, leur marge de manoeuvre est faible et limitée.

Les Français devront donc devoir s’y faire, et composer avec la hausse des prix et les pénuries. Après celle de l’huile, liée à la crise en Ukraine, c’est le beurre qui pourrait manquer dans les rayons : « nos fournisseurs m’alertent sur la disponibilité du beurre à partir de l’automne », dévoile Dominique Schelcher. Baisse de production du lait, forte hausse des achats à l’étranger, situation géopolitique compliquée… les tartines de beurre pourraient devenir un produit rare et de luxe.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio