L’inflation restera au-dessus des 2% après le pic actuel

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 7 juin 2022 à 12h07
Croissance Banque France 2022 2
3,6%Le FMI a baissé sa prévision de croissance mondiale pour 2022 à 3,6%.

L’inflation est dans tous les esprits : elle a atteint un record de 5,2% sur un an en mai 2022, et les premiers effets sur le budget des ménages commencent à se faire sentir. Hausse des prix, baisse de la consommation,… les signaux pour l’économie ne sont guère positifs. Or, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a encore donné une mauvaise nouvelle aux Français.

L’inflation élevée se maintiendra après 2023 selon Bruno Le Maire

Invité du Grand rendez-vous d’Europe1-Les Echos-Cnews dimanche 5 juin 2022, le ministre de l’Économie a annoncé la couleur : l’inflation élevée restera d’actualité encore longtemps. Déjà, en 2022, aucune amélioration substantielle n’est attendue.

Si, à juste titre, il se félicite que « nous avons le taux d'inflation le plus faible de la zone euro car nous avons anticipé cette inflation », les mesures anti-inflation ayant un réel effet, le pic est malgré tout présent. 4,8% en avril 2022, 5,2% en mai 2022,… la tendance haussière pourrait se poursuivre, ce qui explique la volonté du gouvernement de faire adopter une « loi pouvoir d’achat » au lendemain des législatives de juin 2022.

Mais le pic, qui devait se résorber au deuxième semestre 2022 dans les prévision publiées pré-guerre en Ukraine, risque de durer bien plus longtemps. Ce ne sera qu’en 2023 que la tension sur les prix devrait se réduire.

Sauf que, selon Bruno Le Maire, l’inflation restera bien plus élevée que ce à quoi les Français se sont habitués ces dernières années : elle devrait tourner « autour de 2% car la transition climatique coûte très cher. Et car la régionalisation des chaînes de valeur, on produit chez nous, c'est coûteux. »

La croissance dans le vert : Bruno Le Maire y croit

Autre sujet brûlant pour le gouvernement : celui de la croissance de la France. Attendue à près de 4% pour 2022 auparavant, les données du premier trimestre ont dévoilé une croissance négative de 0,2%, inférieure aux pires estimations de la Banque de France et de l’Insee. La consommation, en berne, a pesé lourd.

Pour autant, Bruno Le Maire pense que l’économie va rebondir. S’il confirme que la prévision de croissance officielle pour 2022 sera revue « à la baisse » dans la loi de finances rectificative à venir, il estime que « l'économie française fait preuve d'une capacité de résistance ».

La croissance en 2022, pour le gouvernement, devrait malgré tout être dans le vert. Reste à savoir de combien et si la France réussira réellement, fin 2022, à avoir effacé la récession historique de 2020 alors que la croissance de 2021 a été légèrement revue à la baisse par l’Insee, à 6,9%.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis