Inflation, pouvoir d’achat : les consommateurs arbitrent leurs budgets

Par Olivier Sancerre Modifié le 13 juin 2022 à 10h26
Arbitrage Consommateurs Achats 2
5%L'inflation a dépassé le seuil des 5% au mois de mai.

Pour faire face au niveau d’inflation toujours plus élevé, les consommateurs français mettent en œuvre des stratégies pour économiser. Quelles sont les premières dépenses touchées ?

Tout le monde a bien senti l’augmentation significative des prix à la consommation ces derniers mois, une inflation chauffée à blanc par la reprise économique post-crise sanitaire et la guerre en Ukraine. Dans ce contexte, les Français ont commencé à arbitrer dans leurs dépenses du quotidien. Pour certains postes, il est impossible de réaliser des économies. Certes, on peut toujours réduire le chauffage de quelques degrés ou utiliser moins d’électricité, mais l’augmentation des prix rattrape rapidement les économies obtenues. De même, les voyages en voiture peuvent se limiter, mais quand il faut faire le plein, il n’y a pas vraiment le choix.

Achats non essentiels

Selon l’association d’intérêt général La Finance pour Tous, ce sont les achats non essentiels qui trinquent. Les dépenses sur les produits d’hygiène et de beauté baissent, les rendez-vous chez le coiffeur ou l’esthéticienne sont plus espacés. Les sorties culturelles, les restaurants, les voyages, les déplacements loisirs : eux aussi subissent une baisse de la part du budget que les ménages y consacrent. Il en va de même pour certains abonnements, comme celui de Netflix et des services de streaming…

Les enseignes de hard discount en pointe

Dans les grandes surfaces, les consommateurs vont plus volontiers vers les marques distributeur ou premier prix. Les enseignes de hard discount type Lidl ou Aldi en profitent, ce d’autant qu’elles ont investi dans leur image de marque et amélioré leurs approvisionnements qui augmentent en gamme. De quoi attirer les consommateurs de la classe moyenne dont les budgets sont désormais plus serrés. Le pouvoir d’achat devrait reculer de 0,8% cette année.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.