Matières premières : l’Amérique latine offre de belles perspectives

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Sébastien Maurice & James Mc Keigue Publié le 15 juin 2015 à 5h00
Amerique Latine Investissement Matieres Premieres
5Le cours des matières premières est au plus bas depuis cinq ans.

Nous avons en ce moment le plaisir de suivre les aventures en Amérique Latine de notre correspondant local, James McKeigue. Voici ce qu’il nous écrivait le mois dernier : ?

J’ai passé ce weekend à boire l’un des Rhums les plus raffiné.?Ce n’est pas une mauvaise façon de passer son weekend. Je suis au Guatemala, pays du Zacapa: le meilleur Rhum au monde. Bien sûr, mon travail ne consiste pas simplement à déguster les meilleurs Rhums au monde. Si je suis ici, c’est pour rédiger un rapport sur l’économie du Guatemala. Et, fort heureusement pour moi, l’une des principaux produits nationaux est le Rhum haut de gamme finement distillé. C’est ce dont je veux vous parler dans l’article d’aujourd’hui : l’Amérique Latine est l’Arabie Saoudite de l’Agriculture et, avec l’explosion de la population mondiale, les investisseurs astucieux peuvent espérer de belles perspectives de gains.

?L’Amérique latine est sur le point de décoller

L’Amérique latine a toujours été une grande puissance agricole, cela n’a rien de nouveau, mais à présent c’est le moment parfait pour investir.?? Cela s’explique par tout un ensemble de facteurs. Pour être honnête, je pourrais développer ce sujet sur une série de plusieurs articles, mais je vais faire bref. ??Europe : Les pays d’Amérique latine, de l’Equateur à l’Amérique centrale, viennent de signer des accords de libre échange avec l’Union Européenne. L’agriculture sera la grande gagnante. ??Etats-Unis : comme je l’ai mentionné le mois dernier, la première économie mondiale représente à présent le principal débouché pour les produits agricoles de l’Amérique Latine.??Démographie : le Mexique, le Guatemala et le reste de l’Amérique Latine sont en train de vivre un boom des naissances. Par conséquent, on peut anticiper une chute des coûts de production. Cours des matières premières : le cours mondial des matières premières agricoles est à un plus bas de 5 ans, ce que confirme la FAO (l’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) dont l’indice mensuel des prix des produits alimentaires est à son plus bas niveau depuis 2010.??Le moment est donc parfait pour investir dans l’agriculture en Amérique Latine. ?

Nous avons déjà fait une bonne performance, mais il se pourrait que ça ne fasse que commencer

James avait déjà repéré pour nous une pépite au mois d’avril 2013, la société Cresud (Nasdaq: CRESY), propriétaire de bâtiments et de terres agricoles en Amérique Latine. Les lecteurs qui ont suivi cette recommandation ont pu engranger une plus value très confortable de 70 %. ??Aujourd’hui il est probablement trop tard pour rentrer sur cette valeur. Mais nous n’allons pas nous reposer sur nos lauriers, il y a encore beaucoup à gagner sur cette thématique. Notre correspondant local s’est donc mis à la recherche d’une nouvelle pépite…??Laissez-moi vous présenter la société agricole Brésilienne Brasilagro Companhia Brasileira de Propreidades Agricolas (AGRO3.SA). James pense que nous avons actuellement une excellente opportunité d’achat. ??Avec un PER de 49, le dossier peut paraitre cher.

Cependant, la capitalisation boursière ne représente que 0,94 fois la valeur comptable de l’entreprise. Autrement dit, vous pourriez théoriquement réaliser une plus value en rachetant cette société dans le but de liquider les actifs qu’elle possède, ce qui est très rare dans l’environnement actuel. Cette situation paradoxale est le résultat d’un faible retour sur les capitaux propres dans un contexte de taux d’intérêt élevés. ??La société s’attend cependant dans les années à venir à une forte amélioration de la situation. ?Avec un PEG estimé sur les 5 prochaines années de seulement 0,44, si les prévisions sont atteintes, au cours actuel la société apparaitrait comme très fortement sous-valorisée. De plus, le titre est coté sur la bourse américaine, ce qui vous offre une couverture contre une baisse éventuelle des matières premières (compte tenue de la corrélation inverse avec le dollar américain).

Une alternative moins risquée…??

Bien que je partage l’esprit d’aventurier qui caractérise James, en matière d’investissement, il est toujours bon de ne pas mettre tous ces œufs dans le même panier…Si vous souhaitez rester à l’écart des dossiers trop spéculatifs, une autre solution pour se positionner sur un rebond de l’économie Brésilienne serait donc d’acheter l’ETF ishares MSCI Brazil Capped ETF, qui permet d’être exposé de façon relativement équilibré aux différents secteurs de l’économie brésilienne. ??L’indice Brésilien est justement en train de tester son plus bas de 2009 qui constitue un niveau de support important. Nous sommes face à un marché baissier qui dure depuis maintenant plus de 5 ans, ce qui est exceptionnellement long. L’indice affiche à présent une baisse de presque 70% par rapport à son plus haut de 2009… ??En plus des points développés par James concernant l’Amérique Latine dans son ensemble, il est intéressant de constater que la banque centrale du Brésil applique affiche clairement sa volonté de casser l’inflation avec un taux directeur en hausse à 13,75%, soit 5 à 6 points au dessus du taux d’inflation officiel. ??Jim Rogers, le légendaire investisseur expert des pays émergents, pense que le Brésil chercherait avec la Chine et la Russie à concurrencer le dollar Américain.

Un tel plan suppose d’abord pour la banque centrale de réussir stabiliser sa monnaie. La suite logique serait une libéralisation des flux de capitaux, qui serait très favorable au marché action. ??Nous pourrions voir à court terme un retour à la moyenne exponentielle sur 50 semaines, soit un premier objectif légèrement au-dessus de 38 euros, qui correspond également au précédent niveau de support/résistance. ??Par prudence, vous pouvez attendre une réaction sur le support dans la zone des 29-29,5 euros pour acheter et placer un stop loss suiveur à une fois l’ATR(10) en hebdomadaire. ??Gardez aussi à l’esprit que les ETF sur les pays émergents peuvent présenter un risque de liquidité important durant certaines périodes. De plus nous nous positionnons ici à contre tendance. Vous ne devriez donc jamais allouer plus de 5 % de votre capital sur ce type d’opération.

Pour plus d’analyses de ce genre et de conseils pour votre argent, c’est ici et c’est gratuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Sébastien Maurice est étudiant en Finance à l’IAE de Lyon3 et travail en tant que rédacteur pour les Publications Agora. Passionné depuis toujours par les marchés financiers, il s’intéresse particulièrement aux opportunités d’investissement offertes par les nouvelles technologies et les pays émergents.?? Vous trouverez ses articles sur les sites La Quotidienne de la Croissance et Libre d’agir.

Laisser un commentaire

* Champs requis