Itinérance : fin des frais pour les Français (sauf chez SFR)

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 30 mai 2017 à 6h09

Avec son annonce, le 29 mai 2017, de mettre un terme aux frais d’itinérance pour tous ses abonnés et dans tous ses forfaits, Bouygues Télécom a créé une demi-surprise : il s’aligne sur la concurrence puisque deux opérateurs de l’Hexagone s’y étaient déjà collés. Le quatrième, par contre, ne semble pas vouloir franchir le pas avant la date limite.

Bouygues, Orange, Free : le roaming est de l’histoire ancienne

Il a été la bête noire des abonnés pendant des décennies et, surtout, des frontaliers parfois contraints malgré eux d’utiliser un réseau étranger à cause des antennes. Le 15 juin 2017, ce sera terminé : la Commission Européenne a décidé d’obliger tous les opérateurs de l’Union Européenne à mettre un terme aux frais d’itinérance créant, de fait, un espace unique pour les abonnés européens.

En France, où la guerre des opérateurs fait rage, c’est arrivé avec un peu d’avance. Le premier à frapper a été Free qui a supprimé le roaming dans 35 pays dans le monde dont l’Europe dès mars 2017 pour son forfait le plus cher à 19,99 euros. L’opérateur n’autorise toutefois qu’une utilisation en 3G.

Orange a emboîte le pas de l’opérateur low-cost le 18 mai 2017 supprimant le roaming en Europe pour la 3G et la 4G sans limitation de data (contrairement à Free où l’utilisation en roaming est limitée à 5 Go par mois).

Bouygues, enfin, s’y est collé le 29 mai 2017 pour tous ses forfaits. Le groupe abandonne par la même occasion la limite dans les heures d’appel et les SMS/MMS tout en revoyant ses tarifs et les abonnements.

Et SFR ? Il va se limiter à l’obligation européenne

Reste SFR, en plein changement de nom et d’identité puisque l’opérateur devrait s’appeler Altice comme le veut Patrick Drahi. Le groupe, en crise, ne semble pas vouloir suivre la tendance, 15 jours avant la date limite imposée par l’UE.

Ce sera donc le 15 juin 2017 que les abonnés SFR pourront utiliser leur forfait en Europe sans payer de frais d’itinérance. Le groupe n’a pas encore donné les détails de cette utilisation comme l’enveloppe data autorisée en itinérance. On sait toutefois que si les SMS/MMS et les appels seront en effet illimités, il y aura bien, contrairement à Orange, une enveloppe data fixe au-delà de laquelle les abonnés paieront un surcoût, comme le permet la nouvelle réglementation européenne.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio