Jeux Olympiques : polémique sur des places VIP inoccupées

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Modifié le 31 juillet 2012 à 13h23

L’image a de quoi choquer : alors même que bien des épreuves des Jeux Olympiques de Londres sont supposées se dérouler à guichets fermés, tout le monde a pu constater devant sa télévision l’existence de blocs entiers de gradins vierges de tout spectateur. Comment expliquer cette sous-occupation ? La polémique enfle à Londres et certaines mesures sont envisagées pour mettre un terme à ce gâchis, vécu de plus comme un manque à gagner par les organisateurs.

Des centaines de sièges se sont avérés vacants ce week-end, parfois au cours d’épreuves pourtant très populaires telles que la natation. Et ce ne sont pas des places à la qualité douteuse, qui étaient désespérément vides, mais bien des sièges « VIP », réservées en principe aux sponsors, familles des athlètes, officiels et journalistes.

Chez bien des personnes qui n’ont pu obtenir le précieux Sésame, comme pour ceux qui n’en avaient pas les moyens financiers (les prix des places sont très loin d’être abordables), la vision de ces sièges vacants a été perçue comme une véritable insulte. Surtout quand on sait que près d’un million de spectateurs se sont pressés sur le bord des routes pour assister gratuitement aux épreuves cyclistes par exemple. Une chose est sûre, la motivation n’est pas toujours du côté des personnes au portefeuille bien rempli.

Un porte-parole du Comité d’organisation a déclaré pour sa part qu’une enquête était en cours afin de déterminer qui était supposé occuper ces places accréditées et surtout pour quelle raison ces personnes n’avaient pas assisté aux épreuves. Sebastian Coe, président du même Comité, a quant à lui déclaré que les sponsors impliqués dans ce délit d’un nouveau genre devraient être publiquement nommés, si jamais ils ne prenaient pas de mesures pour distribuer les billets non utilisés à l’avenir à de « vrais fans ».

Le Comité est pourtant largement mis en cause depuis quelques temps : on lui reproche d’avoir accordé bien trop de sièges aux sponsors, chouchous des Jeux (Sebastian Coe avait même déclaré qu’il ne valait mieux pas tenter de rentrer dans le Parc olympique avec un tee-shirt Pepsi, Coca Cola étant le sponsor officiel des Jeux…).

Mais certains d’entre eux réagissent : ainsi Coca-Cola et Visa, deux des principaux sponsors des Jeux, ont déclaré que les places qui leur étaient attribuées étaient remises à des spectateurs « lambda » par le biais de concours ou d’offres promotionnelles.

Mais dans ce cas, comment expliquer ces sièges vides ? Un internaute a en tous cas proposé une solution aux organisateurs : « signer d’urgence un contrat de sponsoring avec Adobe, comme ça ils pourront utiliser Photoshop pour remplir les sièges sur les photos ».

Ecrit par Amanda Morrow

Global Post / Adaptation Charles El Meliani pour JOL Press

Pour lire d’autres articles de JOL Press, cliquez ici.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.