Kellogg’s s’exporte sur les tables chinoises

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 25 septembre 2012 à 9h00

Les corn flakes feront-ils désormais partie des petits déjeuners chinois ? C’est du moins le rêve du géant américain qui s’allie avec Wilmar, l’un des poids lourds de l’agroalimentaire en Asie.

Les deux entreprises vont créer une société détenue à 50/50, destinée à inonder les tables chinoises de Kellogg’s et autres Pringles (racheté en mai dernier à Procter et Gamble).

Et quand bien même les Chinois préfèrent manger salé au premier repas de la journée, la marque américaine est convaincue du potentiel de croissance dans ce pays.

Il s’agit de la deuxième tentative du géant alimentaire. Le groupe avait, en 2008, racheté le fabriquant chinois de biscuits et crackers Navigable Foods qu’il a finalement revendu en début d’année après des pertes essuyées dans la région. En misant sur la Chine, la marque américaine espère bien casser sa dépendance aux pays matures économiquement, mais où la consommation de ses produits régresse.

L’enseigne exporte ses céréales dans 180 pays. Ses ventes à l’international, l’Europe en tête, ont reculé de 3,8 % au second trimestre. Kellogg’s, qui a réalisé 13 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2011, espère bien que ce second essai sera le bon pour s’imposer face à ses concurrents Weetabix et Nestlé, dont les graines poussent déjà dans l’Empire du milieu…

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis