L’Armancette, la nouvelle ame du Mont-Blanc

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Sophie Lambert Modifié le 21 octobre 2022 à 19h21
Mont Blanc From Les Saisies
17L'hôtel Armancette propose 17 chambres et 3 chalets intimistes.

Face au massif du Mont-Blanc, ce havre de paix intimiste et naturel est un hôtel d’exception. Situé dans un petit village, Saint-Nicolas de Véroce, le défi à relever n’était pas des plus faciles pour un 5 étoiles.

Un homme à l’origine de cet hôtel : Vincent Gombault

Labellisée Leading Hotel of the world, respectueuse de la nature, cette adresse pour initiés est un fournisseur officiel d’émotions et de souvenirs d’exception. On y retrouve le souci du détail, la quête de perfection dans le luxe expérientiel à laquelle tient Vincent Gombault, fondateur du jeune groupe Almae collection, dont fait partie l'Armancette. L’histoire de cet hôtel est particulière et l’homme à l’origine du projet est discret, mais il est bien connu dans la région et en particulier à Saint-Nicolas de Veroce.. Enfant, Vincent Gombault venait passer ses vacances à Saint-Nicolas de Véroce. Après une brillante carrière financière, notamment au sein du fonds d’investissement Ardian, l’entrepreneur s’est consacré depuis à la création d’une chaine hôtelière, le groupe Almae Collection. Entre passion pour des lieux d’exception, des Alpes aux Charentes en passant par la Vénétie, et la création d’un nouvel acteur de l’hôtellerie, Vincent Gombault est devenu au fil des ans le patron d’un groupe d’hôtels dotés d’une âme véritable, loin des palaces internationaux standardisés.

L’Armancette un hôtel d’exception

C’est un territoire encore vierge, à plus d’un titre, dans lequel est situé l’Armancette. Vierge d’abord, car le plateau du mont Joly a jadis miraculeusement échappé aux appétits parfois destructeurs de certains aménageurs du siècle dernier. Face au Mont Blanc comme au Mont Vorassay, à l’aiguille de Bionnassay, aux dômes de Miage, il offre un panorama tout simplement unique. Loin du bruit des stations, bien qu’à proximité de Megève, dans le calme et le secret de l’altitude, ce joyau classé aux monuments historiques invite au lâcher-prise et à la contemplation d’une montagne préservée.

Dans une ambiance résolument minérale, les 17 chambres et 3 chalets disponibles au sein de ce refuge intimiste sont autant d’écrins où se retrouver, immergé dans les pierres naturelles, traitées comme autant de tableaux géologiques. Il faut dire que l’architecte Gilles Grandjacques, qui a imaginé l’ensemble de ce chalet-hôtel à l’esprit minimaliste, est originaire de Saint-Nicolas de Véroce. Il a donc travaillé à partir de matériaux haut-savoyards traditionnels (granit du Mont Blanc, tavaillon, lauze...) pour une parfaite intégration des lieux à l’architecture locale. Pour l’accompagner et le compléter, Géraldine Marin Pretot (Megève Design) a imaginé une scénographie d’exception associant avec raffinement vieux bois brossé et pierres naturelles rares : marbre Calacatta, granit du Brésil ou pierre de Luzerne italienne… Tout cela marié aux cuirs de couleur, à la laine, à la flanelle, et aux mobiliers signés des plus grands éditeurs italiens.

Un restaurant gastronomique, une boulangerie, un spa

Au premier étage de l'hôtel, le spa possède quant à lui une terrasse-solarium avec vue panoramique hors du commun, à l'impressionnante piscine semi-couverte chauffée. Un lieu rare où admirer le paysage depuis l'un des deux jacuzzis extérieurs. En sus d'un bar à vin et d'une boulangerie-salon de thé d'exception, le bistrot gourmand et La Table d’Armante viennent compléter la carte de l’hôtel-restaurant l'Armancette. Fidèle à l'esprit de son mentor triplement étoilé, Antoine Westermann, le chef Fabien Laprée fait ici la part belle à une cuisine familiale et alpine, à partager, et aux circuits courts. Place à la générosité et aux locavores, sans oublier de belles propositions gastronomiques végétariennes. À lui, depuis novembre dernier, d'élaborer la carte tant du restaurant gastronomique que du bistrot et du salon de thé.

Un hôtel, mais aussi des chalets

Ce refuge intimiste et d’exception est aussi un territoire vierge car il s’apprête à connaître sa première année d’activité complète. En effet, tout juste ouvert à l’été 2019, il aura - comme l’ensemble du monde entier - patiemment dû attendre que le monde reprenne vie. Il en a profité pour peaufiner encore ses charmes. Ce temps suspendu lui aura donné le temps de proposer trois chalets aux prestations hôtelières d'exception : Aster, Carline et Silène, tel un hameau aux pieds des pistes du domaine skiable. Chacun capable d'accueillir de 8 à 14 personnes, ils viennent depuis l'hiver dernier prolonger l'esprit intimiste des lieux, avec une vue à 360 degrés sur le massif du Mont-Blanc depuis le plateau de la Croix. Assez vastes pour accueillir deux familles chacun, ils donnent également tous accès à un quatrième chalet bien-être, exclusivement réservé aux résidents d'Aster, Carline et Silène, avec jacuzzi intérieur et extérieur, sauna, et espace détente.