La croissance française s’inscrit à 0,3% au troisième trimestre. Il faut croire en la France.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Guillaume Cairou Publié le 15 novembre 2014 à 4h22

A l'heure où les premiers chiffres confirment le retour d'une croissance, je veux croire en la capacité de notre pays à se redresser.

La France a tous les atouts pour être un compétiteur mondial à condition qu'on ne l'entrave pas... par exemple en augmentant les impôts comme l'a annoncé M. Eckert il y a quelques jours.

C'est donc avec volontarisme mais sans excès d'optimisme, que j'accueille cette nouvelle. Il faut sortir de l'actuelle morosité ambiante dans lequel nous baignons depuis trop longtemps. C'est l'une des clés du retour d'une croissance solide.

Chacun doit retrouver sereinement le chemin de la confiance. La prochaine loi dite Macron initie en ce sens le retour d'un cycle positif. En s'attaquant concrètement aux difficultés rencontrées au quotidien par les entrepreneurs et les salariés français, Emmanuel Macron permet aux entrepreneurs de se sentir soutenus et donc de retrouver la confiance qu'ils avaient tendance à perdre ces dernières années. Le retour de la croissance à long terme ne peut pas se faire sans un préalable: le retour de la confiance.

En tant qu'entrepreneur, j'estime qu'il est de mon devoir d'afficher une confiance dans l'économie française qui m'a donné les moyens de réussir. Cela ne m'empêche pas d'être réaliste sur la nécessité de continuer à réformer structurellement le modèle français.

Je suis convaincu que ce qui fait la force d'une économie c'est la confiance qu'on lui porte. Ayons confiance en elle, elle nous le revaudra bien !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fils d’ouvrière d’origine serbe, autodidacte, éducateur puis enseignant en banlieue, c’est au chômage à 30 ans que Guillaume Cairou crée Didaxis, pionnier du portage salarial. Aujourd’hui 15e recruteur français, classé dans le Fast 500 européen des entreprises par Deloitte, il a permis à plus de 10 000 personnes de créer durablement leur emploi.

Laisser un commentaire

* Champs requis