Refus de la gratuité de LCI : Le CSA ennemi de l’emploi

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Guillaume Cairou Modifié le 31 juillet 2014 à 5h36

Les grands et beaux discours sur la compétitivité, la simplification administrative et la lutte contre le chômage se sont brutalement crashés sur le mur du CSA qui a décidé d'asphyxier une PME. Comment accepter que cette décision administrative dictée par des lobbies vieillissants, agressifs et dogmatiques luttant contre le progrès et la libre concurrence aboutisse à rayer du paysage audiovisuel une belle entreprise de 250 salariés?

La décision du CSA apparait d'un point de vue entrepreneurial parfait injustifiée et inopportune.

Le droit de la régulation ne saurait être la justification à la disparition d'une PME. Une telle décision menace directement environ 250 emplois et une entreprise française historique.

Jʼen appelle donc au bon sens de toutes les autorités administratives et politiques de notre pays pour contester cette décision !

Comment accepter que le CSA laisser sombrer cette PME de 250 salariés sans lui donner une chance de repartir? Faut-il féliciter ces sages de n'avoir pas su éviter ces nombreuses destructions d'emplois ?

Cela conduit à s'interroger sur ce qui ne va pas dans l'économie française : son administrativisme.

Cette décision est révélatrice des nombreuses obstacles à la concurrence établies par l'Etat dans notre pays. Ces obstacles sont non seulement particulièrement défavorables à l'emploi mais surtout à la croissance que notre pays semble avoir perdu de vue depuis trop longtemps... et pour combien de temps encore ?

Ma bataille, comme entrepreneur engagé, c'est l'emploi. En l'espèce, les dégâts peuvent être considérables. Je ne peux pas m'y résigner.

Comment accepter que sous couvert d'une justification administrative, ceux qu'on appelle les sages prennent la décision de tuer une entreprise dans les pires conditions possibles de transparence puisque le scrutin n'est pas ouvert ?

En choisissant de faire primer la régulation étatique poussée à son paroxysme, quitte à provoquer sciemment la mort de l'entreprise LCI, les membres du CSA portent individuellement une lourde responsabilité.

En attendant, avec cette décision et une politique proentrepreneuriale revendiquée au sommet de l'état mais qui tourne au ralenti, on ne peut guère s'étonner de voir l'économie française faire du surplace alors que tous nos voisins redémarrent.

Enfin, comment comprendre que l'entreprise soit en France toujours l'ennemi de l'administration ?

Le gouvernement semble définitivement enfermé dans le déni de la crise économique et de la nécessité d'agir aux côtés des entreprises et non pas contre elles. Pendant ce temps, la situation des PME empire inexorablement. Et cette décision du CSA ne vient pas arranger les choses. Jusqu'à présent, rien n'a été fait. Réveillons-nous !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fils d’ouvrière d’origine serbe, autodidacte, éducateur puis enseignant en banlieue, c’est au chômage à 30 ans que Guillaume Cairou crée Didaxis, pionnier du portage salarial. Aujourd’hui 15e recruteur français, classé dans le Fast 500 européen des entreprises par Deloitte, il a permis à plus de 10 000 personnes de créer durablement leur emploi.

Laisser un commentaire

* Champs requis