Le patron de Patagonia lègue son entreprise à la planète

Par Olivier Sancerre Modifié le 19 septembre 2022 à 15h48
Patagonia Legs Terre 2
150 MILLIONSEn 50 ans d'existence, Patagonia a versé 150 millions de dollars à des associations pour l'environnement.

Le mot d'ordre de Patagonia est de « sauver notre planète mère ». Yvon Chouinard, fondateur de la marque de vêtements de plein air, a décidé d'aller encore plus loin avec sa succession.

L'intégralité du capital de Patagonia va servir au financement d'ONG et d'associations luttant « contre la crise du climat ». C'est le dernier geste fort d'Yvon Chouinard, fondateur de l'entreprise américaine, qui a dévoilé ses intentions pour sa succession. Dans le détail, 98% du capital est transmis à Hold Fast Collective, dont la mission est de collecter les dividendes attachés aux actions du groupe. Le reste du capital, soit 2%, est entre les mains du Patagonia Purpose Trust chargé de l'allocation de ces sommes. Et le fond a tous les pouvoirs puisqu'il détient 100% des droits de vote.

Pas de vente, pas d'introduction en Bourse

Cette structure inédite a été préférée à une vente de Patagonia suivie d'un don : le nouveau propriétaire n'aurait pas été garant des valeurs de l'entreprise, ni du maintien de l'emploi (Patagonia salarie 3.650 personnes dans le monde). Quant à l'introduction en Bourse, elle a également été écartée par Yvon Chouinard : cela aurait été « un désastre » avec des actionnaires réclamant des gains à court terme. Un objectif contraire à la volonté d'agir sur le long terme pour la protection de la planète.

100 millions de dollars par an

Le Patagonia Purpose Trust, dont le conseil d'administration sera composé d'experts et de conseillers, aura la charge de « veiller au bon respect des intentions de son fondateur et de continuer à démontrer que le capitalisme peut œuvrer pour la planète ». Il lui reviendra de décider des montants de dividendes nécessaires aux investissements de l'entreprise, le reste étant versé à des associations qui mènent des actions pour le climat. Cette nouvelle organisation pourrait ainsi verser 100 millions de dollars par année à des ONG, ce qui en ferait l'un des plus importants contributeurs financiers.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis