Le recrutement des cadres, un exercice de plus en plus difficile pour les entreprises

Par Olivier Sancerre Modifié le 30 août 2022 à 11h03
Emploi Cadres Difficulte Recrutement 1
84%84% des entreprises anticipent des difficultés pour recruter un cadre au troisième trimestre.

Le recrutement des cadres s'annonce difficile pour les entreprises, d'après le dernier observatoire de l'Apec. Pour autant, les employeurs prévoient de recruter un peu moins au troisième trimestre.

Les entreprises rencontrent toujours des difficultés pour recruter des cadres. C'est un des enseignements du bilan de l'Apec qui met en évidence les problèmes liés à l'embauche de cadres : pour le troisième trimestre, 84% d'entre elles anticipent des difficultés. Selon l'association pour l'emploi des cadres, c'est tout simplement un niveau jamais atteint en la matière, qui est de 30 points plus élevé qu'en septembre 2020 ! La fin de l'année risque de représenter un parcours d'obstacles pour les employeurs en chasse de la perle rare.

Menace pour le développement économique

Selon l'Apec, « ces difficultés à recruter représentent aujourd’hui une véritable menace pour le développement économique des entreprises ». Cette alarme est cependant nuancée par le fait qu'il ne s'agit pas d'une fatalité, rassure l'organisation. Car « il existe un vivier de compétences disponibles qui aspirent à travailler, par exemple parmi les seniors mais aussi chez les jeunes diplômés ». Reste à mettre ce vivier en contact avec les recruteurs. L'Apec rappelle que les offres d'emploi parues sur son site sont toujours aussi nombreuses, leur volume est même 18% plus important qu'au deuxième trimestre 2019.

Baisse des intentions de recrutement

Dans ce contexte, l'Apec observe toutefois un recul des intentions d'embauche des cadres. 10% des entreprises envisagent en effet d'embaucher un cadre au troisième trimestre, soit 3 points de moins par rapport au deuxième trimestre. Les perspectives sont assombries par les conséquences de la guerre en Ukraine. Pas de quoi s'inquiéter cependant, car ces intentions demeurent toujours élevées.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis