Les prix des billets de train ont-ils augmenté ou baissé ?

Par Olivier Sancerre Modifié le 30 mai 2022 à 9h23
Sncf Prix Billets Hausse 2
14,6%Selon l'Insee, les prix des billets de train ont augmenté de 14,6%.

Ils sont nombreux sur les réseaux sociaux et ailleurs à se plaindre du prix des billets de train. La SNCF s'érige en faux : les prix ont au contraire baissé. Mais l'Insee n'est pas d'accord, au contraire, les tarifs ont fortement augmenté. Qui dit vrai ?

C'est une petite musique que la SNCF ne voudrait plus entendre. Les prix des billets de train auraient augmenté, à en croire de nombreux clients qui s'en plaignent sur les réseaux sociaux. L'entreprise s'inscrit en faux contre cette perception : au contraire, les prix des billets ont reculé de 7% par rapport à 2019. Mais voilà, l'Insee vient de donner du grain à moudre à tous ceux qui constatent une hausse des tarifs. Selon l'institut national des statistiques, ils ont augmenté, et de beaucoup : en moyenne, les prix ont grimpé de 14,6% entre avril 2021 et avril 2022 !

Controverse entre la SNCF et l'Insee

Et la hausse est encore plus importante quand on examine la période allant de janvier à avril de cette année : les prix ont alors augmenté de 15,3%. Pour établir ces chiffres, l'Insee a compilé plus de 10.000 requêtes réalisées sur les prix en vigueur lorsque les billets ont été achetés 2 jours, 10 jours, 30 jours et 60 jours avant le voyage. Des antériorités d'achat pondérées par les cartes de réduction. Les profils avec et sans carte ont été pris en compte, et ils n'ont pas le même poids dans le calcul. Le résultat va à l'encontre des affirmations de la SNCF.

Problème de point de comparaison

En réalité, la SNCF et l'Insee peuvent avoir raison tous les deux. Tout dépend en fait du point de comparaison : la SNCF réalise son calcul par rapport à 2019, avant la crise sanitaire, tandis que l'Insee se base sur les tarifs de l'an dernier. Or, « en 2021, il y avait beaucoup moins de monde dans les trains et la proportion de prix réduits était plus forte, ce qui a fait baisser la moyenne », a expliqué le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, durant une conférence de presse. Il a insisté sur le fait qu'il fallait prendre en compte « la bonne année de comparaison », et c'est selon lui 2019.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis