Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle française

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Christian Pire Modifié le 3 avril 2017 à 16h17
France Election Presidentielle Lettre Ouverte
2 000 milliards ?La dette française est supérieure à 2 000 milliards d'euros.

Christian Pire signe une lettre ouverte à destination des candidats à l'élection présidentielle française.

Mesdames et Messieurs les politiques, Suite à la répétition et aux répercussions des guerres issues de certains dogmatismes économiques et politiques germaniques, dès 1941 la Charte de l’Atlantique dessinait une organisation mondiale politique. Cette charte avait pour objectif d’organiser une cohérence sociologique, économique, politique et financière entre les différentes régionalisations. Malheureusement, l’Europe qui devait être un relais de démocratie et de Paix s’est trop souvent transformée en un relais de dogmatismes, d’acceptations diverses et variées voire de lobbyisation.

Lobbyisation n’ayant pour seule règle que la logique de défense exclusive des intérêts de ses commanditaires. Mesdames et Messieurs les politiques, en cette période électorale, comment comprendre et accepter l’unanimité de votre silence incompréhensible concernant les privilèges, l’influence et les pouvoirs qui ont été « transférés » aux lobbies ? Lobbies à qui l’on permet même d’attaquer juridiquement les États en cas de décisions politiques allant à l’encontre de leurs seuls intérêts.

Pendant combien de temps, les organismes de régulation des marchés financiers (type AMF en France) pourront-ils encore mentir aux épargnants et faire illusion devant les tribunaux. Tribunaux qui n’ont aucune idée de la fumisterie financière qui est couverte voire organisée ? Naturellement, je parle de l’AMF parce que nous sommes en France. Cela dit, il est malheureusement évident qu’elle est rejointe par quantité d’autres organismes nationaux.

Vous doutez de la réalité et de la gravité de ces propos Sachez que lorsque les vendeurs de produits financiers vendent (conseillent) des fonds communs de placement et autres OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières), il est échangé du cash contre des chiffres comptables qui dans les faits n’ont AUCUNE réalité financière. Madoff est en fait un petit joueur face aux milliards détournés. Vous en doutez ? Souvenez-vous de cet article qui s’est vu totalement confirmé et vous comprendrez d’où viennent la récurrence et l’ampleur des crises.

Mesdames et Messieurs les politiques, la solution n’est pas tant dans une taxation quelconque que dans une ferme volonté exprimée de mettre fin aux bases principales des déstabilisations financières à savoir : les failles des cotations, les conditions de publication des performances, la fin de certaines rémunérations totalement indues et inexplicables. Madame et Messieurs les politiques, je vous propose de réfléchir et de débattre médiatiquement sur les thèmes suivants :

- Quelles propositions comme outil de désendettement des Etats ? Ici, je parle bien de débattre des solutions et non de stratégies de modification de curseurs comptables ou financiers. Dans cette recherche, que pensez-vous de la mise en place du Fonds de Stabilisation Boursier ? Si vous ne connaissez pas la solution du Fonds de Stabilisation Boursiers (FSB), je vous propose la lecture d ‘un article écrit en 2013 qui mentionnait un objectif pour 2016. Et si cet objectif était réalisable aujourd’hui grâce à vous à horizon 2020 juste avant la prochaine crise si l’on respecte la « métronomie » des dernières crises ? Vous avez des remarques à faire ou des explications à demander faites-les à l’adresse c.pire@socioecopofi.com et réponse vous sera apportée.

-Que proposez-vous comme stratégie de développement immobilier national afin de revenir au respect des textes juridiques de base en remplacement des politiques de défiscalisation immobilières aussi déstabilisatrices pour les uns (à savoir les citoyens) que bénéfiques pour les autres (promoteurs, revendeurs etc..) ? Dans cette recherche, que pensez-vous de la mise en place de la fiscalité à géométrie variable qui seule évite la catastrophe de l’inflation immobilière suivie de krachs ? Si vous ne connaissez pas les textes juridiques de base et la fiscalité à géométrie variable, je vous propose de lire cela. Vous avez des remarques à faire ou des explications à demander faites-les à l’adresse c.pire@socioecopofi.com et réponse vous sera apportée.

- Que proposez-vous pour mettre fin au mensonge boursier à la base de la désinformation, de l’abus de confiance et de l’escroquerie des épargnants non avertis ? Épargnants non avertis qui représentent la très grande majorité de vos électeurs ? Que proposez-vous pour combattre la répétition quasi-métronomique des krachs bousiers paupérisant les épargnants et mettant à mal les États ? En clair, que proposez-vous pour mettre fin à la pure spéculation financière présentée comme boursière qui est la base principale des cycles de crises (quasi-métronomiques) depuis la libéralisation des marchés financiers des années 80 ? Dans cette recherche et pour mettre fin à ce mensonge et empêcher la répétition des crises financières, pourquoi ne pas imposer de doubler l’information boursière actuelle par l’information financière humainement responsable (IHR) qui seule respecte l’ensemble des principes juridiques. ?Si vous ne connaissez pas les cours boursiers IHR, je vous propose la lecture de cet article. Vous avez des remarques à faire ou des explications à demander faites-les à l’adresse c.pire@socioecopofi.comet réponse vous sera apportée.

Imaginez qu’une des conséquences des évidences évoquées ci-dessus est que les citoyens et les États ont perdu la libre jouissance de leurs propres capitaux. Ironie de l’histoire, nous sommes même contrôlés par les banques, celles-là même qui ont été prises en défaut lors de la dernière crise et qui, via leurs filiales dans les paradis fiscaux, continuent de travailler l’optimisation des possibilités comptables, financières et fiscales le tout en continuant de revendre la majorité des risques aux particuliers via la titrisation.

Ainsi, la liberté qui nous a été léguée s’est transformée en obligation pour tous et pour tout mouvement financier de devoir décrire comme des gosses ce que nous allons faire. Cela, après avoir expliqué la provenance des capitaux que nous avons très souvent gagnés par notre travail. Ironie de cette histoire, il n’y a pas si longtemps la France organisait et touchait sur le blanchiment officiel de tous les capitaux avec les bons d’épargne anonyme. Où quand la lessiveuse française lavait plus blanc que blanc….

Mesdames et Messieurs les politiques, en synthèse, qu’allez-vous faire contre les malheureuses réalités actuelles qui sont :
- Nous travaillons pour n’avoir plus aucune liberté d’action.
- Nous travaillons pour que les banques puissent bloquer nos avoirs sur de simples indices tandis qu’elles, elles peuvent tout faire y compris l’inacceptable avec entre autres la spéculation sur matières premières qui fait plus de 35 000 000 de morts par an.
- Nous travaillons pour que l’Etat fausse l’ensemble du marché immobilier en faveur des groupes lobbyisateurs via des politiques de défiscalisation consistant à reporter sur l’ensemble de la population des prix immobiliers gonflés par les seuls effets de la défiscalisation immobilière.
- Nous travaillons pour investir via des solutions boursières sous autorité de l’AMF qui relèvent dans la majorité des cas de la désinformation, de l’abus de confiance et de l’escroquerie. Réalités ou faits sur lesquels une partie de la rémunération de l’AMF est calculée en toute conscience de l’escroquerie qu’elle couvre. Etc…

En fait, dans le système actuel, nous travaillons trop souvent pour alimenter des chaînes de Ponzi mises en place et « étatisées » volontairement à l’image des évaluations et indices boursiers qui restent, malgré les crises boursières répétitives et les déclarations de professionnels, volontairement faussés dans le seul intérêt des lobbies financiers et comptables. Certaines mauvaises langues disent même qu’ils ont acheté les décisions politiques ainsi que l’absence de réaction des autorités boursières qui continuent de couvrir et de « toucher » sur la désinformation, l’abus de confiance et l’escroquerie des épargnants non-professionnels à qui il est vendu (revendu) des performances financières passées aussi ubuesques que fictives. Vous en doutez ? Comment comprendre le retournement de veste de Monsieur Gérard Rameix, président de l’AMF qui déclarait dans son document Stratégie 2013 - 2016 « Redonner du sens à la finance pour 2016 » en changeant étonnamment son engagement en 2016 en une question « Pourquoi redonner du sens à la finance est un impératif ». Manifestement, la dernière crise n’a pas été suffisamment sérieuse et importante pour que le président de l’AMF croie bon de tenir son engagement initial de « Redonner du sens à la finance pour 2016 ».

Comment expliquer que le président de l’AMF, ex-haut fonctionnaire de la COB, continue, malgré les enseignements de la dernière crise, de se poser la question du « pourquoi redonner du sens à la finance pour 2016 ? » Et vous, qu’en pensez-vous ?

Mesdames et Messieurs les prétendants à l’élection présidentielle, je vous souhaite à toutes et tous une bonne chance pour l’élection à venir.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Universitaire. CEDS. Ancien président de société de gestion de portefeuille et gérant d'OPCVM. Créateur de l'approche SOCIOECOPOFI et de l'agence de cotation boursière alternative IHR.

Aucun commentaire à «Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle française»

Laisser un commentaire

* Champs requis