Lissac, 100 ans d’innovation au service de l’optique

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Nicole Vidal Modifié le 6 novembre 2020 à 11h54
Pixnio 198449 3693x2462

En 2019, Lissac a fêté son centenaire. Cette longévité exemplaire, la société la doit avant tout à une capacité constante à innover, tant sur le plan technologique que commercial. Une culture d’entreprise héritée de son fondateur, Georges Lissac, véritable visionnaire qui a révolutionné le monde de l’optique en son temps et qui inspire encore aujourd’hui bon nombre d’opticiens.

Lorsqu’il a ouvert sa toute première boutique, rue Dauphine à Paris, en 1919, Georges Lissac imaginait-il que, cent ans plus tard, sa petite entreprise compterait pas moins de 250 magasins à travers toute la France et que son nom serait une référence dans le domaine de l’optique ? L’histoire ne le dit pas, mais une chose est certaine : cet entrepreneur de génie a, dès le départ, posé les bases qui ont fait le succès de son enseigne au fil des décennies. A savoir un savant mélange d’innovations technologiques, primordiales dans ce secteur d’activité en perpétuelle mutation à mesure que la science et les techniques progressent, et de pratiques commerciales inédites pour son époque.

Des pratiques commerciales révolutionnaires

Douze ans après l’ouverture de son premier magasin, Georges Lissac crée avec ses deux frères, Marcel et André, la SARL Frères Lissac. Avec eux, Georges Lissac met en place une nouvelle conception de sa profession. Pour lui, l’opticien ne vend pas simplement des lunettes, mais « de la vue et du confort ». En 1936, le chef d’entreprise imagine le slogan : « Lunettes toujours parfaites, à prix honnêtes ». Une pratique commerciale novatrice en son temps. « A l’époque, la réclame Lissac était déjà quelque chose de très innovant », confirme Jean-Luc Favène, actuel directeur général de Lissac (1). Deux ans plus tard, Georges Lissac et ses frères ouvrent le premier mégastore entièrement dédié à l’optique, au 114 rue de Rivoli, à Paris. Là encore un concept totalement inédit pour l’époque, puisqu’aucun magasin ne proposait un tel espace de vente, qui a depuis largement été repris et copié par les concurrents de Lissac.

Des inventions toujours d’actualité

Mais Georges Lissac ne s’est pas contenté de mettre en place de nouvelles pratiques commerciales. En véritable touche-à-tout de l’optique, il s’est aussi attelé à proposer de nouveaux produits, plus pratiques, plus confortables et plus performants à sa clientèle Ainsi, en 1946, l’opticien crée AMOR, une paire de lunettes en plastique beaucoup plus légère que les montures en métal. Ce nouveau modèle, ainsi que sa déclinaison en solaire, SOLAMOR, remportent un succès colossal : en à peine un an, 95% des opticiens en France ont déjà repris cette idée à leur compte et commercialisent des lunettes inspirées par la monture AMOR. Sur sa lancée, Georges Lissac innove encore et crée, quelques années plus tard, le tout premier verre organique. Baptisé ORMA, ce verre est plus léger et surtout beaucoup plus résistant que les verres minéraux de l’époque. Cette invention est tellement révolutionnaire que, plus de cinquante ans après, ce verre organique indémodable reste une référence pour tous les opticiens et figure toujours en bonne place dans le catalogue du groupe Essilor, leader mondial sur le marché du verre.

Le sur-mesure médical en héritage

Conscient qu’avant d’être un accessoire de mode, une paire de lunettes remplit avant tout une fonction médicale, Georges Lissac a très tôt noué des relations très étroites avec le milieu médical. Il s’est, par exemple, énormément investi dans la recherche au côté des ophtalmologues. Marchant dans les pas de son fondateur, la marque n’a eu de cesse de proposer des solutions aux personnes ne trouvant pas de réponse adéquate à leur problématique chez d’autres opticiens, comme par exemple les malvoyants. « Cet héritage est encore très présent chez Lissac, confirme Jean-Luc Favène. Nous sommes d’ailleurs reconnus comme spécialiste de la basse vision en France ». Outre la basse vision, cette expertise héritée de Georges Lissac se traduit également par une spécialisation dans le sur-mesure médical. Parce qu’elles sont touchées par un handicap de naissance ou suite à un accident, certaines personnes ne peuvent pas porter une paire de lunettes standard et c’est là que Lissac intervient en leur proposant une monture spécialement conçue pour elles afin de s’adapter parfaitement à leur morphologie. Pour y répondre, Lissac dispose d’un atelier unique en France, basé à Clamart, où sont réalisées ces lunettes sur-mesure. Bien sûr, les doigts d’or d’une poignée d’artisans-lunetiers de talent sont à l’œuvre pour concevoir chaque monture, mais Lissac tire également parti des technologies les plus pointues, notamment l’impression 3D. Le service Studio Lissac propose également depuis bientôt dix ans de réaliser la paire de lunettes de vos rêves sur-mesure. Car en mettant à profit son expertise dans le domaine du sur-mesure médical, l’enseigne propose désormais à tout un chacun de réaliser la paire de lunettes de ses rêves grâce à un service de sur-mesure, mais dans un but purement esthétique cette fois. Une démocratisation de son savoir-faire que ce touche-à-tout de Georges Lissac aurait très certainement vu d’un très bon œil.

Sources : https://www.carnetsdubusiness.com/Jean-Luc-Favene-Directeur-General-de-Lissac-L-histoire-de-Lissac-est-aussi-celle-des-opticiens_a2428.html

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Nicole Vidal est dirigeante associative. Elle a exercé les fonctions de responsable administratif et financier pour une Banque Coopérative régionale.

Aucun commentaire à «Lissac, 100 ans d’innovation au service de l’optique»

Laisser un commentaire

* Champs requis