La France doit adopter la législation britannique sur le commerce dominical

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Economie et Société Modifié le 15 octobre 2013 à 13h43

Il est difficile de croire que les lois Britanniques portant sur l’ouverture des commerces le dimanche ont été mises en place depuis près de 20 ans. Des milliers de partisans et manifestants se sont à la fois battus pour lutter contre cette idée mais aussi pour approuver le projet de loi. Presque deux décennies plus tard, les lois sont désormais bien en place. Les villes françaises sont maintenant confrontées à une discussion similaire sur la perspective de l'ouverture des magasins le dimanche. Cette démarche serait-elle bénéfique pour l'économie française en difficulté ?

L'équilibre entre vie professionnelle et privée est une notion qui est prise très au sérieux en France et le désir d'un jour de repos était toujours présent lorsque les Britanniques ont adopté le projet de loi en 1993. Au Royaume-Uni, un public autrefois hostile dépense maintenant plus d’argent par heure le dimanche puisque les commerces sont ouvert sur une fenêtre de 6 heures seulement. Cela a permis de stimuler l’économie britannique de manière significative. Cela dit, l’instauration d’une loi similaire en France entrainerait-elle ce même succès ?

Un changement dans les attitudes

Bien qu'il reste encore une forte opposition à l’implémentation d’une telle loi en France, un appui croissant a pu être observé. Plusieurs groupes de travailleurs sont d’ailleurs descendus dans les rues de Paris afin de manifester leur point de vue positif mais aussi négatif. Au fil des années, de légères modifications ont été apportées à la législation française, lui donnant le nom de «millefeuille» dans la presse.

A ce jour, les magasins qui se trouvent dans des zones désignées comme «zones touristiques» peuvent ouvrir leurs portes le dimanche. En revanche, les grands commerces ne peuvent pas ouvrir et les magasins alimentaires ne peuvent le faire que pour une demi-journée. Beaucoup de propriétaires de grandes entreprises pensent maintenant que cette action est totalement injuste et que certains travailleurs qui luttent contre le climat financier actuel seraient prêt à travailler le dimanche. Afin de porter le débat sur la scène publique, certains magasins ont ouvert leurs portes afin de défier l'interdiction. Les militants de la cause du travail du dimanche pointent le succès du modèle britannique afin d’appuyer leur argumentation alors que les syndicats s'opposent fermement à cette mesure.

Un changement semble envisageable

Suite aux protestations, le gouvernement a demandé une analyse de la situation. La question reste maintenant la suivante : vont-ils rajouter une couche au système législatif complexe ou vont-ils la réviser complètement, et ce en faveur des grandes surfaces commerciales ?

Cette nouvelle loi votée en Grande-Bretagne a permis d’énormément stimuler l'économie et elle est toujours considérée comme étant l’un des principaux moteurs économiques. Avec l'économie française actuellement défaillante, cette suggestion pourrait être une étape cruciale pour sa propre stimulation. En août, l'économie française a été présentée comme étant "la plus grande préoccupation en Europe» et son budget de septembre comme celui qui aurait frappé l'économie une fois de plus.

À l'heure actuelle, il subsiste un manque de confiance chez les investisseurs. Les courtiers internationaux de trading de devises comme Alpari ont signalé ce manque de confiance des investisseurs en raison de la faiblesse de l'économie actuelle. Avec un euro faible allié à la crise américaine, les marchés internationaux dans leur ensemble souffrent de ce manque de confiance. Un changement de la législation française relative au commerce dominical pourrait-elle lui donner ce coup de pouce très important ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Economie et Société est un webzine consacré à la vulgarisation de l'information économique dont Economie Matin est partenaire. Il est animé par le journaliste Vincent Paes.

Aucun commentaire à «La France doit adopter la législation britannique sur le commerce dominical»

Laisser un commentaire

* Champs requis