Remettre le LOSC à flots, la mission d’Olivier Létang

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Valentin Nonorgue Publié le 2 février 2021 à 15h02
Football Ligue 1 Droits Tv 2
200 MILLIONS €La dette du LOSC est estimée à environ 200 millions d'euros.

Le mercato d'hiver vient de fermer ses portes sans que le LOSC ne perde de joueurs clés. Bien parti pour se qualifier en coupe d’Europe, actuel leader de Ligue 1, Lille est en difficulté sur le plan financier. Son rachat par le fonds d’investissement luxembourgeois Merlyn Partners, acté en décembre 2020, en témoigne. Autopsie d’un club nordiste à redresser.

Lille a changé de livre en plein milieu d’une saison charnière. Le rachat du LOSC par le groupe Merlyn Partners, officialisé le 18 décembre 2020, est le fruit d’une santé économique fragile. Exit le propriétaire Gérard Lopez et sa gestion basée sur le trading de joueurs. Place à l’ancien président du Stade Rennais Olivier Létang et son modèle de “club de football plus classique”.

Lors de sa présidence à Lille depuis janvier 2017, Gérard Lopez a réalisé des plus-values importantes. A l’été 2019, il vend Nicolas Pépé, acheté 10 millions d’euros en 2017, à Arsenal pour 80 M€. En août 2020, l’attaquant nigérian Victor Osimhen, arrivé pour 22,4 M€ un an plus tôt, est envoyé à Naples pour un chèque de 70 millions d’euros (et environ 10 M€ de bonus).

Un lourd passif financier

Ces belles plus-values n’ont pas suffi à équilibrer les comptes du LOSC. La dette de l’écurie nordiste, longtemps estimée à 123 millions d’euros, avoisinerait finalement un peu moins de 200 M€. Olivier Létang affirmait lors de son arrivée qu’il faudra d’abord réduire la dette.

Merlyn Partners, fonds d’investissement luxembourgeois, devrait en premier lieu injecter près de 50 millions d’euros.

La situation est pressante. Sans cette vente, le club lillois “aurait probablement été en cessation de paiement” au début du mois de janvier 2021, expliquait Olivier Létang. Et le nouveau président délégué du LOSC promet que le challenge est “avant tout sportif”.

Pourtant, il sera difficile de continuer à être autant compétitif. L’actuel deuxième de Ligue 1 ne pourra pas éviter la vente de joueurs clés en échange de liquidités. Car les nouveaux dirigeants se sont engagés auprès de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) à rétablir l’équilibre économique.

Vendre oui, mais à quel prix ?

Se pose alors la question des potentiels acheteurs de joueurs lillois. Entre la position forcée de vendeur et la crise sanitaire liée au coronavirus n’arrangent rien. Il est compliqué d’imaginer des transferts à la hauteur de ceux de Nicolas Pépé et Victor Osimhen. Après 1,2 milliard d'euros déboursés à l’hiver 2020 par le Big 5 européen (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie France), le mercato hivernal 2021 n’aura été sujet qu’à 291 M€ de dépenses dans les 5 grands championnats, selon le CIES.

Avec les matchs à huis clos, le LOSC (36.000 spectateurs de moyenne en 2019-20) est amputé de la recette billetterie. Il n’échappe pas non plus au cas Mediapro qui affaiblit nettement les droits TV perçus par les clubs français.

Le nouvel actionnaire majoritaire et Olivier Létang auront donc des choix à faire pour redresser la barre du navire lillois. Ramener le LOSC dans le vert financièrement et garder un projet sportif cohérent. Une qualification en Ligue des Champions serait déjà un grand pas pour les Dogues.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Etudiant en journalisme et passionné de sport, Valentin Nonorgue est un membre de l’Observatoire du Sport Business. Il est également co-fondateur de Legendary, podcast vidéo sur les légendes de la NBA, et chroniqueur pour Parlons Basket.

Laisser un commentaire

* Champs requis