Obligations d’Etat : Les Banques Centrales à la manoeuvre

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Gaëlle Malléjac Modifié le 11 juin 2013 à 5h06

Taux longs
Les marchés de taux sont restés dominés ces dernières semaines par les décisions des Banques Centrales. En effet, le mouvement à la baisse des taux, favorisé par l'action de la BoJ début avril, s'est poursuivi jusque début mai, emmené par la baisse des taux de la BCE et le ton très accommodant du discours de M. Draghi.

Le taux allemand retrouve alors ses plus bas historiques quand le taux à 10 ans français atteint de nouveaux records à la baisse. La publication du rapport sur l'emploi américain, meilleur que prévu, a mis fin à ce mouvement et a initié le retour à la hausse des taux, le marché anticipant dès lors un ralentissement des achats de dettes par la FED.

Les taux retrouvent au final les niveaux du mois de mars. Nous prévoyons une évolution des taux allemands et français autour des niveaux actuels dans les prochaines semaines, tiraillés entre une économie toujours vacillante en zone euro, une BCE très accommodante et des anticipations de ralentissement d'achats de titres par la FED.

Par ailleurs, l'accentuation de la politique monétaire non conventionnelle de la BoJ, l'afflux de liquidités attendu ainsi que les anticipations accrues d'un soutien monétaire par la BCE, ont renforcé le report des investisseurs sur les dettes les plus rémunératrices, entrainant un repli généralisé des primes de risque, notamment sur les dettes périphériques.

Sans attendre un mouvement massif de resserrement des spreads de ces pays, compte tenu des niveaux atteints, nous continuons de les privilégier pour des raisons de portage.

Crédit
Le marché du crédit a, une nouvelle fois, très largement bénéficié de la recherche effrénée de rendement.
On assiste donc très logiquement à une surperformance des émissions offrant les primes de risque les plus importantes : dettes à haut rendement, dettes périphériques et dettes subordonnées.

Ce mouvement de flux d'investissement va continuer de soutenir les émetteurs privés. Nous maintenons notre vue positive sur la classe d'actifs.

Un mot sur la stratégie de gestion
En termes d'allocation pays, nous maintenons notre positionnement neutre sur les pays core et semi core, compte tenu de nos anticipations d'évolution des taux autour des niveaux actuels pour les prochains mois.
Du coté des pays périphériques, nous conservons notre exposition, et restons légèrement surpondérés.

Sur le crédit, nous conservons notre positionnement à 105% de sensibilité crédit. Notre préférence est maintenue pour les dettes subordonnées et pour les dettes corporate BBB, qui devraient bénéficier le plus de l'intérêt des investisseurs. La stratégie de portage reste privilégiée.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Directrice de la Gestion Taux - Groupama Asset ManagementDESS Banque et Finance Internationales, Université du Havre, 1994Gaëlle Mallejac a rejoint Groupama Asset Management en 1997.

Laisser un commentaire

* Champs requis