Marchés financiers : une rentrée bien trop calme…

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par JOL Press Modifié le 3 septembre 2012 à 15h03

Finalement, cet été n’aura pas été le cauchemar redouté sur les marchés. L’inflexion perçue dans le discours des grandes banques centrales semble avoir convaincu les investisseurs de la volonté des autorités monétaires mondiales d’œuvrer à une sortie de crise, provoquant un recul général de l’aversion au risque.

Petit rappel des faits. En l’absence d’un découplage des zones émergentes, dont la théorie n’aura pas résisté à l’aggravation de la crise en Europe, les autorités chinoises ont ouvert la porte à la mise en place d’une politique monétaire plus expansionniste. Récemment publiées, les minutes du dernier FOMC [Federal Open Market Committee NDLR] ont laissé entendre qu’un nouveau plan d’assouplissement quantitatif (QE3) était possible aux Etats-Unis à court terme.
Enfin, Mario Draghi a ostensiblement évoqué la possibilité d’acheter des quantités de titres d’Etat suffisamment importantes pour que le rendement des dettes publiques de la zone revienne à des niveaux économiquement plus soutenables.

Et c'est avec un rebond de presque 15 % du CAC40 en à peine un mois, que la réponse des investisseurs a été à la hauteur des espoirs placés dans ce changement de discours des banques centrales. Mais ces attentes sont aussi une faiblesse, pour les marchés. Car si elles les ont immunisés à l’égard des mauvaises nouvelles par leurs seules paroles, les autorités monétaires risquent bien de doucher ces mêmes espoirs si leur réponse effective se révèle trop timide, au risque de provoquer un brutal retour de balancier.

Car en réalité, ce changement sémantique dans les propos des banques centrales est bien la seule bonne nouvelle, pour les investisseurs. Pour le reste, la situation reste plus que jamais critique. En dehors d’une légère embellie du marché immobilier américain, la plupart des indicateurs macroéconomiques mondiaux ne prête pas à l’optimisme.

Et après la Grèce et l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas sont à leur tour entrés en récession au deuxième trimestre. Quant à la France, la résistance annoncée de son PIB pourrait ne pas résister aux prochaines révisions d’estimation. Et ce n’est pas terminé. Les derniers indicateurs PMI [indicateurs de l'activité manufacturière NDLR] des directeurs d’achats européens présagent d’une nouvelle contraction de l’activité au troisième trimestre.

S’ils applaudissent aux paroles délibérément apaisantes des banquiers centraux, les investisseurs exigent des actes. Et c’est bien là que réside le problème. Car justement, ces mêmes banquiers centraux ne sont pas pressés de passer à l’acte. Conscients qu’ils ne disposent que d’un fusil à un coup et échaudés par les conséquences économiques jusqu’ici décevantes de leurs actions précédentes, ils risquent de chercher à gagner du temps en se contentant de manier le verbe. Historiquement propice à l’annonce de mesures importantes, la réunion de Jackson Hole qui s’annonce pourrait dans ces conditions accoucher d’une souris. Quant à la prochaine réunion de la BCE, prévue jeudi prochain, elle ne devrait pas se solder par des annonces significatives.

L'évolution des marchés est donc prise en étau. D’un côté, le changement de tonalité des propos, désormais plus conciliants, des banques centrales a atténué les risques extrêmes. De l’autre côté, le peu d’enthousiasme qui se manifestera pour transformer ces paroles en actes et les fortes attentes placées dans les décisions politiques devraient obérer toute poursuite du rebond. En conséquence, les marchés devraient osciller en cette rentrée sans réelle tendance, au gré des effets d’annonces politiques et des accès d’inquiétudes...

Fabrice Cousté

Pour plus d'articles de JOL Press, cliquez ici.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Le site JOL-Press édité par la Société JOL-Press Editions est un site d'information qui propose aux internautes "un autre regard sur le monde". Dans une approche décloisonnée et internationale, JOL-Press apporte son savoir-faire au service de l’information, qu’elle soit médiatique, communautaire ou institutionnelle, en utilisant toutes les possibilités numériques, avec pour seule priorité, la qualité des contenus.