Le Médiator en quelques dates

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 10 mai 2012 à 3h10

1967 : dépôt d’un brevet aux Etats-Unis par Les Laboratoires Servier pour le benfluorex, principe actif du Médiator.
1974 : obtention de l’autorisation de mise sur le marché en France.
1976 : début de la commercialisation en France.
1995 : une note du directeur de l’agence du médicament, Didier Tabuteau, sur le retrait de différents médicaments des préparations magistrales, précise que le Mediator peut rester sur le marché, ce médicament étant bien surveillé par les centres de pharmacovigilance.
1999 : un médecin marseillais, le docteur Georges Chiche, rapporte un cas d’insuffisance aortique de l’un de ses patients sous Médiator. L’enquête de pharmacovigilance impute la pathologie aux suites d’un infarctus.
2005 : des cas d’hypertension artérielle pulmonaire pour des patients sous Médiator sont rapportés par le centre de pharmacovigilance de Besançon. La Commission nationale de pharmacovigilance considère le signal comme trop faible.
2006 : Le Ministre de la Santé, Xavier Bertrand, décide le maintien du remboursement du Médiator malgré un avis contraire de la Haute autorité de santé. Les Laboratoires Servier lancent une étude comparative du Médiator versus un autre antidiabétique portant sur 847 patients, l’étude REGULATE.
2007 : l’autorisation de mise sur le marché du Médiator est renouvelée.
12 novembre 2009 : l’autorisation de mise sur le marché du Médiator est suspendue sur la base d’éléments transmis par le médecin pneumologue Irène Frachon, et la communication des résultats d’une étude de la CNAMTS et de l’étude REGULATE par Servier.
Juin 2010 : parution du livre d’Irène Frachon, « Mediator 150 mg. Combien de morts ? ».
Novembre 2010 : l’affaire enflamme les médias. L’Afssaps évalue officiellement à 500 le nombre de victimes. Les associations de défense des victimes du Médiator parlent de 1000 à 2000.
Janvier 2011 : à la demande du Ministre Xavier Bertrand, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales accuse Servier d’avoir trompé les autorités sur la nature et les effets secondaires du Médiator. Le rapport a été réalisé sans procédure contradictoire.
Mai 2011 : après avoir décidé de rompre les négociations sur la création d’un fonds d’indemnisation des victimes par Servier, Xavier Bertrand en confie la responsabilité à l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux afin d’accélérer les indemnisations. A ce jour cependant, aucune victime n’a été indemnisée par cette voie.
14 mai 2012 : ouverture du procès en citation directe auprès du Tribunal de Grande Instance de Nanterre.

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis