L’autre Mondial…

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Gérard Jouany Modifié le 6 octobre 2012 à 6h50

Le salon des véhicules de loisirs (47ème du nom) se tient jusqu'à dimanche au Bourget. Cela vaut le coup d'oeil : 800 camping-cars ont pris place dans les halls ainsi que des dizaines de caravanes.

Dans les allées des seniors habillés en sportswear, l'âge moyen d'un acheteur de camping-car étant de 61 ans. On le sait, les retraités disposent d'un formidable pouvoir d'achat et il faut signer des gros chèques pour devenir propriétaire de cette maison sur roues qui peut coûter jusqu'à 400 000 euros. A ce prix-là bien sûr il y a tout le confort, on peut coucher 8 personnes confortablement.

Le constructeur allemand garantit même une totale intimité pour les occupants. Il y a à bord un micro-ondes, la télévision et son antenne parabolique. Vous vous douchez quand vous en avez envie, la réserve d'eau fait 300 litres. A l'arrière de l'engin se trouve un garage où vous pouvez garer votre voiture, une IQ de Toyota ou une Smart. Pour conduire ce véritable camion, il faut un permis poids lourds.

Pierre Rousseau, patron de la marque Rapido, constate que les prix baissent. Son Randonneur construit sur un châssis Mercedes n'est plus en tête de ses ventes. Il estime que son activité a baissé de 7 %. "Il y a bien une crise" explique ce chef d'entreprise qui fait tourner une usine de 400 employés dans la Mayenne. "J'ai un volant d'intérimaires qui me permet de faire le dos rond en attendant une éventuelle reprise". Pierre Rousseau continue à vendre son Randonneur avec un châssis Fiat (compter autour de 60 000 euros). Pour 10 000 euros de moins vous avez un camping-car tout à fait confortable sur un châssis de Ford Transit.



Ce que viennent chercher au Bourget ces sexagénaires un peu argentés, c'est la liberté par exemple la liberté de déguerpir sous la pluie de Bretagne comme au mois de juillet dernier pour aller retrouver le soleil vers le sud. Leur destination hivernale reste toujours le Maroc où la situation politique semble stable. Malgré la crise financière, l’Espagne, l'Italie et la Grèce restent aussi des buts de voyage très prisés

En France, les relations avec les communes, notamment du littoral, semblent s'apaiser. De plus en plus d'emplacements sont réservés aux "camping-caristes" qui n'hésitent pas, contre une somme modeste, à s'y installer, la commune fournissant en échange des branchements électriques et des installations de vidange pour les eaux usées.

Les camping-caristes se présentent, en effet, comme des adeptes de la protection de l'environnement. Même s'ils sont à touche-touche, la promiscuité ne leur fait pas peur, ils préfèrent parler, eux, de convivialité. Dans les halls du Bourget, j'ai cherché le bus Volkswagen de mon adolescence, j'en ai trouvé 2, un chez Westphalia (propriété du groupe Rapido) et un autre chez Mainard Camping Car mais la décence m'interdit de parler de leurs prix.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a bien fait de garder, en homme normal, son bus VW vieux de 15 ans ! Aux dernières nouvelles, ce 47ème salon s'annonce comme un bon cru. Les retraités ayant sorti leurs carnets de chèques, 17 000 camping-cars pourraient être immatriculés cette année, ce qui constituerait un millésime acceptable pour les professionnels.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Gérard JOUANY est actuellement consultant spécialisé dans l'automobile, l'aéronautique et l'espace. Il intervient très régulièrement sur France 24 et dans de nombreux colloques. Auparavant,il est passé par Europe 1, la Cinq et BFM. Avec micro et camera, il s'engage dans ses secteurs de prédilection, en participant à de nombreux Paris Dakar ; il a traversé l'Atlantique une première fois en avion de tourisme et une second en hélicoptère ; il a aussi fait un vol en apesanteur dans un avion du Centre National d'études spatiales. Gérard Jouany collabore également au magazine Couleurs Jazz, encore une de ses passions !  

Laisser un commentaire

* Champs requis