Mondial 2014 : 200 millions d’euros de mises attendues pour les paris sportifs

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 27 mai 2014 à 13h22

La Coupe du Monde de football approche, et déjà les opérateurs de paris sportifs espèrent remporter le gros lot. Ces derniers ont estimé à 200 millions d’euros les mises pour les paris au sujet du Mondial 2014.

Et il ne s’agit évidemment que des chiffres pour la France.

Mondial 2014 : 200 millions d'euros de mises pour les paris sportifs

Les opérateurs de paris sportifs ont estimé à 200 millions d’euros les mises de paris pour la Coupe du Monde 2014, qui débutera le 12 juin prochain, au Brésil. Parmi eux le PMU table sur des mises de 100 millions d’euros en comptant Winamax et Zeturf. Vous avez dit jackpot ?

Paris sportifs : onze opérateurs agréés pour la Coupe du Monde de football

Au total, les onze opérateurs agréés de paris sportifs en ligne arrivent à un montant de 200 millions d’euros de mises pour le Mondial de football. Ces opérateurs viennent de plus de recevoir leur agrément de la part de l’Autorité de régulation des jeux en ligne, l’Arjel, chargée de réguler ces paris sportifs qui séduisent toujours plus d'accros. A titre de comparaison, l’Euro 2012 avait généré 30,8 millions d’euros de mises, avec la moitié moins d’équipes en lice.

100 millions d'euros de paris sportifs pour la seule FdJ

De son côté la Française des Jeux prévoit plus de 100 millions d’euros de prises de paris, que ce soit sur son site parionsweb ou chez ses détaillants physiques. La FdJ devrait proposer à l’occasion plus de 3 000 paris sur son site Internet, et entre 500 et 600 paris dans les bistrots. Un beau score pour cette entreprise dont l’expérience dans le domaine des paris sportifs remonte à 2002.

Lire également :

Football : les ventes de produits dérivés dopées par la Coupe du Monde

Coupe du Monde 2014 : Brésil qui investit, Football qui rapporte

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis