Introduction à une monnaie régionale anti-crise

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Gérard Poujade Modifié le 8 mai 2013 à 9h32

Avant-propos de l'ouvrage "Monnaie régionale, monnaie anti-crise", de Gérard Poujade, aux éditions Privat.

L'objectif de mon ouvrage est de soumettre à la réflexion la mise en place d'une monnaie régionale génératrice de pouvoir d'achat, fondante, complémentaire à l'euro, facilitatrice d'investissement dans les économies d'énergie.

Tous les adjectifs employés pour qualifier cette monnaie ont une fonction que je veillerai à détailler. Je reprendrai plusieurs expériences, plusieurs réflexions menées sur le terrain par des associations, des entreprises, pour en faire une synthèse.

Je souhaite avant tout bien expliciter les enjeux d'un tel outil : créer de l'emploi, ou plus humblement encore, fournir un « revenu digne pour le plus grand nombre ». J'ai l'intime conviction que ce genre de dispositif contribuerait à créer une activité nouvelle, qu'il s'agit d'une approche transversale de la politique. Dès à présent, il est important de préciser que « transversale » ne signifie pas « globale ». Il ne s'agit pas d'une « martingale » susceptible de panser tous les maux de la société.

Au fur et à mesure de l'élaboration, de la construction, de la réflexion que constitue ce livre, je perçois que d'autres objectifs s'ajoutent à l'objectif initial. Une monnaie d'échange régionale est immanquablement un outil. Les gros poussent pour que les rapides aillent à l'essai.
L'image du rugby et de ses valeurs est bien celle de cette monnaie régionale d'investissement.

Il s'agit donc d'un plaidoyer pour une monnaie active. Active, elle le sera si elle génère de l'emploi et si elle contribue à fournir à un plus grand nombre l'accès à un revenu digne. De par son caractère fondant, elle sera incitative. Elle contribuera, grâce à la réinjection instantanée de la fonte dans le circuit économique, à un développement du territoire.

Et sa disponibilité lui permettra d'ouvrir des champs nouveaux à l'économie. Pour une monnaie active, je souhaite qu'un droit à cette expérimentation soit mis en place afin d'en mesurer les effets sur un territoire donné. Essayons de transformer l'essai des monnaies régionales d'investissement (MORI).

Je développerai quelques exemples de mise en oeuvre pour illustrer cette dimension. L'usage régional permet une relocalisation de l'économie et apporte un moyen incontestable de développement.

Une monnaie fondante, que l'on se doit d'employer rapidement, pousse à une utilisation générant des économies. Ce sont donc les achats durables qui auront vocation à être privilégiés. La dimension environnementale et écologique est une conséquence des circuits courts et de proximité. Elle sera consubstantielle à l'existence de la monnaie.

Enfin, pour couper court à un autre débat, cette monnaie est-elle décroissante ou facteur de croissance ? Je répondrai par une pirouette : elle est génératrice d'une autre croissance. Toutes les monnaies locales sont des facteurs indéniables de croissance, mais force est de constater, et pour moi de démontrer dans les pages qui viennent, que celle-ci est de nature très différente de celle des fameuses Trente Glorieuses.

Il ne s'agit pas d'une remise en cause unilatérale de l'euro. La force d'une monnaie unique donne des résultats indiscutables. Mais une biodiversité des monnaies est une approche systémique pour être plus résistant en période de crise.
En terre de rugby, tout le monde sait que pour qu'une équipe soit performante, il faut des « gros » et des « rapides ». Il y a de la place pour des petits comme pour des grands. Certains sont d'excellents sauteurs, d'autres des coureurs véloces, d'autres encore sont des pousseurs de première force.

Si une équipe n'est formée que de pousseurs, elle ne donne rien, idem si elle n'est composée que de sprinters. Et par-dessus tout, une équipe de rugby qui gagne est une équipe qui met en avant le collectif.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Président de l'Agence Régionale de Développement Durable à l'initiative du "Mypis", auteur de « Une monnaie régionale, une monnaie anti-crise » (ed. Privat).

Laisser un commentaire

* Champs requis