Nespresso : Nestlé n’a plus le monopole de la capsule pour équiper ses machines

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 17 avril 2014 à 15h58

Vous pourrez bientôt acheter des capsules de type Nespresso, pour équiper vos machines de la même marque. La marque s’est engagée devant l’Autorité de la concurrence à lever les obstacles au développement de capsules d’autres marques.

Le monopole de la capsule, c’est terminé !

Une plainte déposée contre Nespresso

Jusqu’à présent, peu, voire pas d’autres capsules de café de marques concurrentes pouvaient fonctionner sur les fameuses machines Nespresso. La marque avait fortement verrouillé le secteur, afin de rester en position de monopole. Nespresso avait par exemple pris pour habitude de ne pas prévenir les marques concurrentes d'éventuels changements dans ses machines, rendant les capsules concurrentes totalement inutilisables. Cependant une plainte avait été déposé par deux acteurs de la torréfaction, DEMB (Maison du café) et Ethical Coffee Company, qui se sont elles aussi lancé, en 2010, sur le marché des dosettes compatibles.

L'Autorité de la concurrence a mis en avant un éventuel abus de position dominante

L’Autorité de la concurrence a rendu son avis ce jeudi 17 avril, et a fait pression sur Nespresso, pour ouvrir le marché, et à lever les obstacles au développement de capsules d’autres marques. L’Autorité de la concurrence mettait notamment en avant un éventuel abus de position dominante, ce qui aurait pu se traduire par des sanctions contre le géant suisse.

Des sanctions pouvant aller jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires mondial de Nespresso

Dans la foulée, l’Autorité a lancé une consultation auprès de ces différents acteurs afin de vérifier si la proposition d’engagements de la marque suisse est suffisante à leurs yeux, pour leur permettre de lancer eux aussi leurs propres capsules fonctionnant « sous Nespresso ». D’ici l’été, l’Autorité se prononcera sur la version définitive des engagements de la marque, qui, s’ils ne sont pas tenus, l’exposera à des sanctions financières pouvant aller jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires mondial. Un monopole s’effondre. What else ?

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.