Le nouveau patron d’EDF veut pouvoir augmenter vite et fort les tarifs

Par Olivier Sancerre Modifié le 29 novembre 2022 à 10h07

Jean-Bernard Lévy va prendre les rênes d'EDF : il prend aujourd'hui mercredi 26 novembre le poste, détenu jusqu'à maintenant par Henri Proglio. Celui qui était patron de Thales a déjà pu donner un avant-goût de ce qu'il souhaite impulser chez le géant de l'énergie.

Rééquilibrer les relations avec l'État…

Durant l'audition devant les sénateurs, Jean-Bernard Lévy a ainsi indiqué les pistes de travail sur lesquelles il souhaite entraîner le groupe. Il faut en premier lieu « assainir la situation économique » de l'entreprise, juge t-il prioritairement. Il estime qu'il existe aujourd'hui des retards concernant les tarifs : les « trajectoires » définies et convenues avec l'État n'ont pas été respectées, martèle t-il.

Le résultat, il est simple : le tout frais PDG d'EDF veut augmenter les prix de l'énergie. La société a ces derniers mois eu maille à partir avec Ségolène Royal, ministre de tutelle, qui a instauré avant terme une nouvelle méthode de calcul, et qui a gelé la hausse prévue de 5% des tarifs réglementées. Des décisions éminemment politiques, mais qui économiquement ne font pas les affaires d'EDF.

… et avec Areva

Réduire ou raboter la hausse des tarifs, c'est augmenter la dette de l'entreprise, plaide Jean-Bernard Lévy, pour qui un rééquilibrage s'impose.

Autre domaine dans lequel le PDG souhaite imprimer sa marque, celui de la relation difficile avec Areva. Il souhaite ainsi parvenir à une collaboration « sincère » entre les deux entreprises. Les liens entre EDF et Areva doivent se resserrer, estime t-il, alors que Philippe Varin, récemment élu administrateur d'EDF, va prendre la présidence d'Areva. Une manière de rapprocher les points de vue…

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.