Paris : le métro va-t-il circuler la nuit ? Peut-être pas…

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 6 juillet 2016 à 7h54
Metro Nuit Hidalgo Vie Nocturne Stif France
12 MILLIONS €Anne Hidalgo veut débloquer 12 millions d'euros pour relancer la vie nocturne parisienne.

Les Parisiens le savent : rentrer la nuit après le dernier métro est toujours problématique malgré les quelques Noctiliens qui roulent jusqu'au petit matin : les horaires sont disparates et les lignes peu nombreuses ce qui limite les déplacements. Ainsi, les Parisiens sont nombreux à faire le choix de rentrer avec le dernier métro même si cela leur coupe la fin de soirée. Anne Hidalgo veut y remédier... mais ça risque de ne pas être simple.

Plus de métros et de Noctiliens la nuit les week-ends

La maire de Paris a une idée en tête très précise pour l'avenir de la Capitale : en refaire ce lieu de sorties et de fête qu'elle était (et qu'elle est toujours). Mais pour ce faire il va falloir améliorer le transport de nuit pour que les Parisiens puissent rentrer chez eux au petit matin. Devant le Conseil de Paris le 5 juillet 2016, Anne Hidalgo a donc demandé que les métros roulent plus le week-end.

Un plan de 12 millions d'euros devrait être mise en place pour inciter à la vie nocturne, "un élément-clé de notre patrimoine commun" selon la Maire de Paris. Car l'économie, la nuit, tourne : "plus de 4.000 lieux avec terrasses, 800 établissements ouverts après 2h00 du matin, 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires, 600 000 salariés qui travaillent entre 21h00 et 6h00 et 200.000 entre minuit et 5h00, soit 13% de l'emploi à Paris" a rappelé Frédéric Hocquard, conseiller PS délégué à la Nuit.

Le métro la nuit à Paris ? Le Stif n'y croit pas trop

Principal concerné par ce nouveau plan de relance de la nuit parisienne, le Stif reste sur la défensive et ne s'avance pas. Interrogé par l'Express, le Syndicat des transports d'Ile-de-France a déclaré que personne ne lui a parlé de ce projet avant la présentation par Anne Hidalgo. Et il prévient : "Il faut que notre prestataire, la RATP, soit en capacité de pouvoir assurer un service plus long".

Il reste également la question du budget et du coût de faire rouler les métros la nuit : alors que le Stif a annoncé un déficit de 300 millions d'euros lié au tarif unique du Pass Navigo (qui augmentera de 3 euros le 1er août 2016) faire rouler encore plus de métros plus longtemps risque de se transformer en une impasse économique.

Au mieux, semble-t-il, ce seront quelques Noctiliens de plus qui rouleront puisque le Stif confie à l'Express que des études sont en cours sur la question. Mais pour ce qui est du métro... ça s'annonce compliqué malgré le désir d'Anne Hidalgo.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis