Pass sanitaire : les centres commerciaux montent au créneau

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 19 juillet 2021 à 9h57
Centre Commercial Magasins Retail Commerce
45000 EUROSUtiliser un faux Pass sanitaire vous expose à une amende de 45.000 euros et 3 ans de prison.

Si le principe du Pass sanitaire est bien d’éviter de refermer administrativement les lieux où il peut y avoir foule, et ce alors que le variant Delta conduit depuis des semaines à une hausse des contaminations en France, les centres commerciaux sont évidemment visés. Mais ces derniers n’apprécient guère et menacent des recours.

Pass sanitaire dans les centre commerciaux… de plus de 20.000 mètres carrés

Le gouvernement avance sur son projet de loi visant à limiter les activités des Français qui n’auraient pas de Pass sanitaire. Parmi les lieux visés, les centres commerciaux : fermés, et attirant de nombreuses personnes le week-end, ils peuvent devenir des clusters. Mais il n’est pas question pour autant de trop freiner l’économie et la consommation.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a donc donné une petite précision sur la mesure : au Journal du Dimanche, le 18 juillet 2021, il a déclaré : « nous proposons ainsi que seuls les plus grands centres commerciaux, d'une superficie supérieure à 20.000 mètres carrés, soient concernés ». Seuls les plus gros centres commerciaux seront donc concernés.

En France, cela représente environ 400 centres commerciaux sur le territoire qui devront donc s’adapter. Il faudrait non seulement réaliser les contrôles à l’entrée mais, et c’est là le problème, il faudra repousser les clients qui ne présenteraient pas de Pass sanitaire valide.

Une « stigmatisation » des centres commerciaux pour les concernés

Interrogé sur FranceTVInfo, Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC), déclare ne pas comprendre la mesure « qui discrimine et qui stigmatise une fois de plus les centres commerciaux », et notamment les plus grands, donc ceux où il y a le plus de monde, alors que sous les 20.000 m² et, surtout, dans les magasins normaux, le Pass sanitaire n’est pas prévu.

Pour lui, la mesure est inapplicable : il faudrait recruter pour la sécurité, difficile en pleines vacances d’été. Sans compter le coût de 30.000 euros par mois et par porte d’entrée du centre, selon les estimation du CNCC.

De fait, c’est simple : la loi « on ne pourra pas l’appliquer », estime-t-il. Au risque de recevoir 45.0000 euros d’amende pour chaque infraction commise. « On envisage éventuellement des recours contre cette décision qui ne nous paraît pas juste ».

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Pass sanitaire : les centres commerciaux montent au créneau»

Laisser un commentaire

* Champs requis