Pétrole : l’embargo européen adopté, le cours du brut s’envole

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 31 mai 2022 à 11h00
Petrole Baisse Production Opep 1
90%L'Union européenne vise à réduire de 90% ses importations de pétrole russe fin 2022.

Ce n’était pas gagné d’avance, mais ils l’ont fait : les 27 pays de l’Union européenne ont finalement trouvé un accord pour mettre en place un début d’embargo sur le pétrole russe. Une mesure partielle mais symbolique, et que la Bourse a anticipée. Le cours du brut, dans la nuit du 30 au 31 mai 2022, s’est envolé de plus de 2 dollars le baril.

(Presque) plus de pétrole russe pour l’UE fin 2022

Proposé à plusieurs reprises, mais jusque-là toujours refusé, l’embargo sur le pétrole russe va devenir réalité. Les 27 pays de l’Union européenne ont adopté le principe après avoir proposé une version allégée de l’embargo pour répondre aux craintes de la Hongrie et de la Slovaquie en particulier. Très dépendants du pétrole russe, les deux pays bloquaient la mesure.

La nouvelle version de l’embargo prévoit une interdiction en deux temps, et ce n’est que le premier volet qui a été validé : le pétrole russe acheminé par voie maritime sera interdit d’ici six mois dans l’Union européenne. Or, celui-ci représente deux tiers des importations des 27 pays de l’UE, le reste transitant par oléoduc.

Les oléoducs épargnés pour l’instant

Le pétrole transitant par oléoduc, de son côté, reste autorisé en Europe : ainsi faisant, l’Union européenne a réussi à faire changer de position la Hongrie qui dépend à 65% du pétrole vendu par le Kremlin. Ses achats et ses importations sont donc protégés.

Allemagne et Pologne, chez qui le pétrole arrive également en grande quantité par oléoduc, se sont engagées, de leur côté, à cesser les achats avant fin 2022. Pas de position unique à ce sujet, donc, ce qui ne préjuge pas qu’elle pourra être prise ultérieurement, selon les besoins et l’évolution de la situation. Charles Michel, président du Conseil européen, s’est félicité de l’adoption de l’embargo partiel, estimant que fin 2022 l’Union européenne n’importera plus qu’un dixième de ce qu’elle importait en pétrole russe.

Le prix du baril s’envole en Bourse

Si l’Union européenne semble retrouver un front uni face à la Russie, l’embargo adopté, et qui devrait entrer en vigueur rapidement, a déjà eu un effet négatif sur les prix du pétrole en Bourse. En se privant du pétrole russe, l’UE modifie sensiblement le marché.

Le Brent, qui avait franchit à la hausse les 120 dollars le baril, le 30 mai 2022, face aux craintes d’un accord européen a rapidement franchi la barre des 122 dollars, frôlant les 123 dollars le baril. Même tendance du côté du WTI qui dépasse les 118 dollars le baril, au plus haut depuis le 8 mars 2022.

La tendance haussière du brut devrait se poursuivre : la saison touristique, durant laquelle la demande de carburant est élevée, s’approche à grands pas.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Pétrole : l’embargo européen adopté, le cours du brut s’envole»

Laisser un commentaire

* Champs requis